Illustration de la fish actu marée

Fish Actu Marée : le fil d'actualités qui donne de la visibilité aux poissonniers pendant la crise du coronavirus

Mis à jour le
5 juin 2020

La crise sanitaire actuelle plonge les professionnels de la filière mer dans un avenir incertain quant à leurs activités dans les prochaines semaines.

Et, parce que nous sommes tous dans le même bateau, et que nous devons tenir la barre... ProcSea propose un rendez-vous toutes les semaines (le vendredi après-midi) aux poissonniers sur sa Fish Actu Marée

Notre volonté est de vous accompagner et d'être présent à vos côtés pour que vous soyez quotidiennement informés sur : les sorties en mer, les bateaux en activité, l'ouverture des criées, les vendeurs et leurs stocks ...

Fréquemment, l'équipe ProcSea vous apportera dans ce fil d'actualités daté, les informations nécessaires sur l'activité de la filière mer. 

Vous vous posez certainement de nombreuses questions en cette période, nous vous invitons à consulter la foire aux questions du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation spécifique à la pêche et aux produits de la mer : https://agriculture.gouv.fr/covid-19-faq-peche-et-produits-de-la-mer.

Illustration de la fish actu marée

# Vendredi 5  juin 2020

# Vendredi 29 mai 2020

# Vendredi 22 mai 2020

# Vendredi 15 mai 2020

# Jeudi 07 mai 2020

# Jeudi 30 avril 2020

# Vendredi 24 avril 2020

# Vendredi 17 avril 2020

# Vendredi 10 avril 2020

# Jeudi 9 avril 2020

# Mercredi 8 avril 2020

# Mardi 7 avril 2020

# Lundi 6 avril 2020

# Vendredi 3 avril 2020

# Jeudi 2 avril 2020

# Mercredi 1 avril 2020

# Mardi 31 mars 2020

# Lundi 30 mars 2020

# Vendredi 27 mars 2020

# Jeudi 26 mars 2020

# Mercredi 25 mars 2020

# Mardi 24 mars 2020

➡️ Vendredi 5 juin 2020

👉 Bilan de la semaine passée

La filière reprend peu à peu des couleurs avec la réouverture des restaurants cette semaine, segment de clientèle dont l’absence c'était clairement faite ressentir sur le marché ces derniers mois. Néanmoins, les mesures barrières comme la distanciation sociale ne permettent pas un retour à la normale et la demande est restée modérée.

De leur côté, les pêcheurs ont presque tous repris leur activité. Les volumes et la diversité à la débarque sont globalement positifs à quelques exceptions près. En méditerranée, les thoniers senneurs partis la semaine dernière pour la campagne annuelle de pêche au thon rouge sont, pour une bonne partie d’entre eux, déjà revenus au port, la pêche ayant été fructueuse avec la présence semble-t-il, de beaux spécimens et en nombre.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Conditions météorologiques et marées

Les conditions météorologiques annoncées pour la semaine prochaine permettront, sauf changement d’ici là, la sortie de l’intégralité de la flotte sur le littoral français. Les marées, quant à elles, reviendront progressivement sur des coefficients moyens (milieu de semaine) à faibles (fin de semaine). On peut donc espérer de beaux apports pour la semaine à venir, en espérant que les poissons soient de la partie.

  • Manche - Mer du Nord

Sur la côte d’Opale, les belles débarques de maquereau gros calibre restent bien présentes tout comme la sardine et le rouget barbet friture. La seiche commence à se faire plus rare et plus petite tout comme le lieu noir cette semaine. Des apports en encornet, bar et maquereau sont à prévoir pour la semaine prochaine.

En Normandie, la dorade grise commence à revenir vers la côte. De jolis apports sont réalisés notamment par les chalutiers. La raie, le chinchard et le carrelet restent à l’offre tout comme la sole, bien présente à la côte en ce moment.

  • Bretagne Nord

L’essentiel de la flotte de pêche a repris la mer. Les poissons à l’honneur pour cette façade sont l'églefin, la lotte, la raie ainsi que le Saint-Pierre pour les apports hauturiers et beaucoup de divers pour les côtiers.

  • Bretagne Sud

Les cours sont restés stables et à un niveau convenable bien que les apports ont repris leur niveau normal ou presque. Cardines, lottes et merlus sont les espèces sur lesquelles vous pourrez compter dans les jours à venir, à la vente dans les criées du pays bigouden.

Sur Lorient, les apports sont très diversifiés bien que les volumes ne soient pas au rendez-vous selon le témoignage de certains fileyeurs.
Le poisson d’Ouest Ecosse comme le lieu noir est présent en quantité et fait le bonheur des mareyeurs du port.

Nous noterons la présence de gros turbots (5 à 10 kg) à la débarque au Guilvinec, de quoi réjouir les restaurants amateurs de belles pièces de poissons fins.

  • Façade Atlantique

Peu d’informations nous sont parvenues cette semaine concernant la façade vendéenne, l’Aquitaine et le Sud-ouest. Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de changement majeur par rapport à la semaine précédente quant aux apports.

  • Produits d'importation

Une vraie reprise du fret aérien est à noter avec des offres plus régulières. Les poissons exotiques de la côte Ouest africaine feront leur retour “massif” la semaine prochaine sur ProcSea avec à l’honneur : filets de sole, filets de rouget, thiof et mérou jaune.

Même constat sur le thon avec des débarques qui redémarrent au Sri Lanka et Maldives, suite à la période de Ramadan. Pour l'espadon, la situation est un peu plus compliquée. Bien que les exports au départ du Chili ont repris depuis plus de 15 jours, la visibilité reste très faible.

Les prix des homards repartent à la hausse, même au Royaume-Unis à cause du nombre important de demandes en comparaison des volumes. Au contraire, les prix des tourteaux, de la langouste et du bulot restent stables. Notons également que les débarques de couteaux en provenance des Pays-Bas vont reprendre la semaine prochaine.

En ce qui concerne le saumon, les prix sont à la hausse et les grosses tailles (+6 kg) se font rares pour les acheteurs. Cette tendance devrait perdurer dans les prochains jours voire semaines. De plus, la devise couronne norvégienne, qui avait chuté au début de la crise du covid retrouve ses cours semaines après semaines, accentuant les hausses.

Acheter des produits frais sur ProcSea

➡️ Vendredi 29 mai 2020

👉 Bilan de la semaine passée

Suite aux annonces du Premier ministre qui a autorisé la réouverture des restaurants la semaine prochaine, les attentes de la part des acteurs de l’amont de la filière sont fortes de même que l’incertitude quant à la réaction du marché suite à cette reprise.

Les apports cette semaine ont été particulièrement élevés et de qualité mais ils n'ont pas toujours rencontré la demande, ne permettant pas de maintenir les cours en criées, particulièrement en cette fin de semaine. Les conditions annoncées laissent présager une dynamique similaire au moins jusqu’en milieu de semaine prochaine en espérant une recrudescence de la demande avec le retour de la restauration.

Nous noterons à la une de l’actualité cette semaine le début de la campagne de pêche au thon rouge pour les senneurs qui a commencé et se prolongera jusqu’en juillet et le retour des débats sur l’impact de la pêche au chalut électrique suite à un rapport du CIEM.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Conditions météorologiques et marées

Les conditions météorologiques vont rester anticycloniques la semaine prochaine avec un flux de Nord-Est entre 10 et 25 nœuds à prévoir pour la façade Manche Mer du Nord qui pourrait freiner la sortie des plus petits navires. Pour le reste de la flotte, aucune contrainte ne semble se dessiner sur ce plan. Les grandes marées feront leur retour en fin de semaine.

  • Manche - Mer du Nord

Les débarques ont été massives ces derniers temps avec la sortie de nombreux armements hauturiers. La fragilité des cours a de nouveau été observée en cette fin de semaine avec des prix en criée repartis nettement à la baisse.

    • Boulogne : de beaux volumes ont été débarqués ces derniers jours que ce soit par la pêche hauturière ou la côtière avec une qualité au rendez-vous grâces aux bonnes conditions de travail en mer. Les gros maquereaux (autour de 500 g) de Mer du Nord sont bien disponibles tout comme le rouget-barbet friture, le merlan petit ou encore la seiche de filet maillant.
    • Cherbourg, la criée effectue de nouveau une vente quotidienne avec le retour massif des apports hauturiers. Cependant, les cours ont fortement baissé cette semaine et notamment ce matin ou plusieurs lots sont partis en retrait. Le merlan semble être l’espèce qui garde la tête au-dessus de l’eau contrairement à la raie ou à la roussette.
  • Bretagne

De belles débarques ont été réalisées sur l’ensemble du littoral breton cette semaine, bien aidées par le retour des armements hauturiers (Porscher, La Houle, Armement Bigouden…). Les cours en revanche, ont eu une tendance à la baisse ces derniers jours.

    • Saint-Quay-Portrieux : de beaux apports en Saint-Pierre, merlu, cabillaud et limande sole par les hauturiers et de barbue, lotte de filet maillant et poissons de ligne (bar et lieu) pour la côtière.
    • Bretagne Sud : le constat est assez similaire avec une belle diversité à la débarque et de la qualité au rendez-vous. Le turbot reste une valeur sûre à la période. La raie peine toujours à se faire valoriser tout comme le lieu jaune qui a connu quelques difficultés à trouver preneur cette semaine. Cette dynamique d’apport devrait se prolonger pour le début de semaine prochaine.

On notera la fin de saison de la pêche aux oursins qui approche en raison de la période de reproduction de l’espèce.

  • Façade Atlantique

En Vendée, la plupart des bateaux étaient en mer cette semaine et ont fait de belles débarques en criée (sole, Saint-Pierre, dorade royale..). Les prix ont également chuté ces derniers jours en raison des gros apports de manière globale sur les différentes façades et la demande trop faible. Le merlan de ligne, la sole ou encore le lieu jaune en ont été les principales victimes.
Dans le Sud-ouest, pas de changement à signaler pour cette semaine. Le retour de certains mareyeurs dans les prochains jours, dont la clientèle était très axée sur la restauration, pourrait redynamiser le secteur.

  • Produits d'importation

Les acteurs de la filière ne prennent que peu de risques sur leurs achats. C’est le cas par exemple des négociants en homard Canadien/Américain ou encore de poisson blanc d'origine Norvège.

Les arrivages par avion sont privilégiés comme pour bon nombre de produits islandais (dos de cabillaud, lieu noir, loup de mer..). Une baisse de volume est probablement à prévoir pour les prochains jours en lieu noir sur cette origine. Les cours, eux, restent à la hausse. De la même manière, le prix du saumon est toujours soutenu (toutes origines confondues).

En ce qui concerne l’import du thon de l’océan indien d'origine Sri Lanka et Maldives, il fera sont retour progressivement dans les prochains jours. Les produits de Côte d’Ivoire VAT, en longes ou cœurs restent à l’offre. D’autres produits exotiques comme le mérou du Sénégal pourraient faire leur grand retour la semaine prochaine.

Acheter des produits frais en ligne

➡️ Vendredi 22 mai 2020

👉 Bilan de la semaine passée

Cette semaine a vu le retour de nombreux navires hauturiers comme ceux des armements Bigoudin, La Houle, Porscher ou encore Eouzan responsables de beaux apports en poisson à filet (églefin, lotte). Les bonnes conditions météorologiques et les faibles coefficients sont à l'origine d'apports de qualité et diversifiés sur l’ensemble du littoral français. Les cours se sont globalement bien maintenus jusqu'à cette fin de semaine qui a été plus difficile dans l’ensemble.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Conditions météorologiques et marées

La semaine prochaine sera marquée par des conditions météorologiques encore exceptionnelles pour la saison et devraient faire le bonheur des poissons à griller (sardines, thons, maquereaux..). Les poissons blancs à filet comme l'églefin pourraient connaître des temps plus durs en cas de volumes trop conséquents.

  • Manche - Mer du Nord

Après plusieurs semaines compliquées sur la côte d’Opale, la criée de Boulogne-sur-Mer a vu cette semaine davantage de poissons à la débarque avec une belle diversité dans l’offre. De beaux volumes également sur des gros maquereaux de mer du Nord étaient à la vente. La demande a également suivi le mouvement, permettant de maintenir les cours en criée. En ce moment, d’importants volumes d'émissoles sont présents sur cette façade. La semaine prochaine devrait être également propice aux apports.

  • Bretagne

En Bretagne Nord, 9 navires sur les 16 de l’armement Porscher ont repris la mer depuis cette semaine tout comme 4 des 6 navires de l’armement Eouzan. À la débarque, églefin et lotte sont à l’honneur pour ces navires du large et du divers pour les côtiers. En criée, les ventes se sont dégradées en cette fin de semaine avec des cours qui ont nettement baissé à l’image de Roscoff où 5 tonnes de raie n’ont pas été vendues ou encore de Saint-Quay-Portrieux.

    • Roscoff : les gros fileyeurs devraient reprendre la mer en début de semaine prochaine pour profiter des conditions météorologiques et de marée. Les apports devraient encore être soutenus (relativement à la période actuelle) et diversifiés avec du poisson de chalut, filet et ligne. Nous noterons également une belle présence de bar à la côte de quoi réjouir les ligneurs et petits fileyeurs. La pleine saison du turbot et du lieu jaune ne va pas tarder à s’achever laissant place à des espèces plus estivales.

En Bretagne sud, le constat est assez similaire avec un retour progressif des navires hauturiers en mer à l’image de l’armement Bigouden ou de La Houle qui ont fait partir deux navires chacun cette semaine. Ils ont principalement ciblé du poisson à filet comme l'églefin en mer d’Iroise notamment.

Une nette baisse des prix a également été constatée en cette fin de semaine, comme pour le merlu dont les volumes ont été importants ces derniers jours en Bretagne et concurrencés par les produits espagnols. La langoustine est également bien présente en criée et globalement bien valorisée. La raie a elle aussi perdu plus de 50 % de sa valeur mais aucun invendu significatif n’a été a déplorer. Les filets de julienne et de lingue restent à l’offre et sont très abordables sur cette façade.

  • Façade Atlantique

Sur la façade vendéenne, la quasi-totalité des bateaux sont en mer à la recherche de rougets-barbets (friture), merluchons ou encore de bars qui répondent présent. Les cours sont restés stables ces derniers temps à l’exception de ce matin où une chute a été constatée.

Dans le Sud-Ouest, pas de changement notable avec toujours du merlu et des poissons de l’Adour qui sont confrontés à une offre réduite du fait des crues importantes qui ont réduit les apports.

La semaine prochaine devrait être propice à la pêche de poissons à écailles en raison de la houle annoncée sur ce littoral. Le merlu de filet maillant se fait quant à lui plus discret ces derniers temps.

  • Produits d'importation

Il y a peu de changement à signaler si ce n’est une hausse de prix du saumon qui pourrait se prolonger dans les semaines à venir. En Ecosse, les grosses tailles sur cette espèce se font rares tout comme le Label Rouge et le supérieur.

Les volumes de thons devraient repartir à la hausse avec la fin du Ramadan et un retour plus massif des origines Sri Lanka et Maldives.

➡️ Vendredi 15 mai 2020

👉 Bilan de la semaine passée

Comme annoncé lors de la Fish Actu Marée précédente, les conditions météorologiques n’ont guère été clémentes cette semaine, contraignant assez fortement la sortie des pêcheurs côtiers, notamment sur la façade Nord. Les apports d’origine hauturière sont eux en nette augmentation à l’image des criées de Saint-Quay-Portrieux et Cherbourg qui ont enregistré leurs premières ventes en la matière depuis le début du confinement. Les acheteurs ont peiné à trouver de la diversité et des volumes faisant grimper les prix sur de nombreuses espèces. Cette fin de semaine sonne également l’achèvement de la saison de la coquille Saint-Jacques sur les littoraux français.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Conditions météorologiques et marées

La semaine prochaine s’annonce exceptionnelle sur le plan des conditions météorologiques, ce qui devrait permettre la sortie de l’intégralité de la flotte de pêche. À cela s’ajoute des coefficients compris entre 50 pour lundi et 80 pour vendredi de quoi espérer de belles débarques à la fois en volume et en diversité ; en espérant que la demande suive avec le long week-end.

  • Manche - Mer du Nord

Semaine compliquée pour la petite pêche côtière sur la façade Nord en raison, entre autres, des conditions météorologiques très défavorables. En revanche, les apports hauturiers ont fait leur retour dans plusieurs ports, permettant de suppléer les apports quasi nuls en poissons côtiers et de maintenir une activité pour les places portuaires.

    • À Boulogne-sur-Mer, la semaine a été très difficile pour les acheteurs en criée, faisant face à une offre très faible et des prix très soutenus malgré une demande bien présente, ne pouvant pas toujours être satisfaite. La combinaison des conditions météorologiques, de la période plus creuse en termes de disponibilité en poissons à la côte et les mesures d’aide au chômage en sont les principales raisons.
    • À Cherbourg, la première vente hauturière depuis le début du confinement a eu lieu lundi et s’est bien déroulée (prix moyens intéressants) avec au menu du merlan, de la roussette, de la seiche, du tacaud, encourageant les navires à ressortir. Les coquillards ont rangé les dragues à coquilles pour attendre le début de la saison du pétoncle en juin. Les apports en crustacés sont pour le moment restreints.
  • Bretagne

En Bretagne, le calme est revenu après les polémiques liées aux imports massifs de certains distributeurs il y a deux semaines. Les conditions venteuses de ces derniers jours ont empêché le travail d’une large partie de la petite pêche.

En Bretagne Nord, les apports en criées provenaient principalement de gros chalutiers que cela soit pour Saint-Quay-Portrieux ou la pointe finistérienne avec de jolies débarques d'églefins, lottes, raies et de Saint-Pierre. La semaine prochaine, 8 chalutiers seront à la vente et 5 gros fileyeurs reprendront la mer également pour profiter des bonnes conditions annoncées. Les poissons de petits ligneurs et fileyeurs côtiers devraient faire leur retour à partir de lundi.

En Bretagne Sud, les débarques (principalement issues de fileyeurs et chalutiers) restent très diversifiées avec des cours en criées satisfaisants, bien que les grosses pièces de poisson fin peinent toujours à trouver preneur. La cellule commerciale de la criée a diminué les imports en lottes et merlus suite aux différentes polémiques et se concentre sur des apports en poissons peu débarqués sur Lorient comme la lingue.

  • Façade Atlantique

Le constat est assez similaire avec des apports majoritairement issus de “gros navires” la semaine passée. En raison des conditions de mer, plusieurs patrons pêcheurs ont préféré effectuer de l’entretien sur leur navire et ne pas sortir.

    • En Vendée et Loire-Atlantique : les bateaux de plus de 12 mètres (fileyeurs, senneurs) sont pour la plupart sortis, ciblant la sole, la lotte, la raie et le turbot, mais les volumes n’ont pas été à la hauteur des attentes. Les conditions annoncées pour la semaine prochaine permettront probablement des débarques plus importantes.
    • Dans le Sud-Ouest : il n'y a pas de changement notable à déclarer. Le merlu reste bien présent à Saint-Jean-de-Luz tout comme les saumons et l'Alose de l’Adour.
  • Produits d'importation

Les approvisionnements en thon frais restent faibles. La fin de semaine prochaine marquera l’arrêt du ramadan et donc, normalement, le retour plus massif de produits d’origine des Maldives et du Sri Lanka mais les prix resteront tendus ... comme chaque année.

Le thon VAT sera à l’offre la semaine prochaine ainsi que de la longe d’albacore. L’espadon fait son retour depuis quelques jours avec la réouverture des exportations pour le Chili.

Le saumon quant à lui repart à la hausse due a un manque de poisson sur le marché. Les grosses tailles sont très demandées cependant il y a beaucoup de petites tailles et très peu d'abattage sur les grosses tailles.

Cette semaine, découvrez en image, 12 recommandations pour un déconfinement sain dans votre commerce. L'affiche est téléchargeable et imprimable si vous souhaitez l'afficher dans votre poissonnerie.

12 recommandations sanitaires

➡️ Jeudi 7 mai 2020

👉 Bilan de la semaine passée

Après les polémiques liées aux imports massifs de certains distributeurs la semaine passée, c’est "le clash" entre l’ONG Bloom et le Marine Stewardship Council (MSC) qui fait la une de l’actualité de la filière cette semaine. L’association écologiste dénonçant la contradiction entre la communication et les pêcheries certifiées par le MSC. Pour le reste, la situation reste plutôt calme sur l’ensemble des façades cette semaine avec toujours de l’instabilité dans la demande mais qui reste bien présente.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Conditions météorologiques et marées

Un vent de nord-est entre 20 et 30 nœuds est annoncé pour l’ensemble de la semaine prochaine avec une pointe à 40-45 nœuds prévue lundi prochain sur les côtes normandes. Ceci devrait avoir un impact non négligeable sur les débarques entre Roscoff et Calais, notamment sur la petite pêche. La façade Atlantique sera davantage épargnée (vent de terre) et l’approche des coefficients de mortes-eaux pourrait permettre de beaux apports sur cette façade.

  • Manche - Mer du Nord

Un ralentissement des sorties en mer s’est fait ressentir cette semaine sur la côte d'Opale. Beaucoup de pêcheurs préférant en effet laisser le bateau à quai et “bénéficier” des indemnisations de l'état plutôt que de sortir en mer au risque d'être perdants. De ce fait, les cours ont monté en criée. Les espèces à la débarque restent les mêmes. Notons une augmentation des volumes de grosses seiches de filet maillant d’excellente qualité, que vous pourrez retrouver sur la plateforme ProcSea chez nos fournisseurs boulonnais.

En Normandie, la première vente hauturière depuis le début du confinement est attendue lundi prochain avec de jolis volumes en merlan et églefin. La réaction du marché qui en découlera est très attendue. Deux ou trois autres débarques hauturières devraient se faire au cours de la semaine. La pêche côtière a permis de maintenir l’activité de la criée ces dernières semaines avec des prix encourageants, notamment ces derniers jours.

  • Bretagne Nord

Il n'y a pas de changement particulier cette semaine. La demande reste bien présente sur les espèces fines en petits et moyens calibres ainsi que les poissons à filet. Les cours en criée de Roscoff sont restés corrects sur la semaine avec une tendance à la hausse. À l’inverse, les espèces fines en gros calibres peinent toujours à trouver preneur.

À noter le retour de la flotte de “gros” fileyeurs la semaine prochaine sur cette place portuaire, de quoi envisager de bons apports en poissons plats et lottes.

  • Bretagne Sud

Une perturbation majeure ce matin, due à un problème informatique, a empêché (en partie) les ventes à Loctudy et Concarneau. Une fraction de la débarque a tout de même été vendue à la voix. La plupart de la marchandise sera intégrée à la vente de cette après-midi au Guilvinec.

    • À Lorient : le calme est revenu sur le port avec la remise en marche du second convoyeur dont les effets sur les cours se sont aussitôt fait sentir. Les apports des fileyeurs ont été importants en ce début de semaine, mais très vite ralentis probablement en raison des grands coefficients de marée. Les volumes à la débarque des chalutiers langoustiniers sont eux réguliers et importants.
    • Au Guilvinec : de plus en plus de débarques de navires hauturiers (sur des marées courtes) sont enregistrées avec pour espèces principales les cardines, lottes et raies. Les cours sont globalement soutenus malgré une demande incertaine. La quasi-totalité des navires repart en mer sur cette façade.
  • Façade Atlantique

La situation est restée très stable cette semaine sur la côte du golfe de Gascogne. Il est constaté que la demande est toujours très irrégulière et dépendante des conditions météorologiques.

    • Dans le sud-ouest : les débarques de merlu de ligne sur des calibres entre 500/1000g sont toujours régulières et bonnes tout comme celles des poissons de l’Adour, toujours à l’offre. Les acheteurs en criées restent en revanche très limités, la plupart étant très dépendants de la restauration.
    • En Loire-Atlantique et Vendée : les débarques restent très diversifiées avec le rouget barbet, toujours aussi présent, mais aussi du chinchard et du merlu. Ce dernier étant particulièrement débarqué à la Turballe par des fileyeurs, contraints d’effectuer des rotations dans leurs sorties pour réguler les flux. Le bar en revanche s’est fait plus discret ces derniers jours. De beaux volumes en sar sont disponibles sur Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
  • Produits d'importation

Un important ralentissement des débarques d'origines Sri Lanka et Côte d’Ivoire est constaté sur le thon ces derniers jours dont les principales causes sont évidemment la période de Ramadan couplée au coronavirus.

Le fret aérien est lui aussi toujours compliqué à gérer avec un coût en hausse (moins de volumes). Ceci étant accompagné d'une demande toujours aussi élevée, les prix sont en augmentation depuis quelques jours. Le prochain arrivage devrait se faire jeudi prochain.

En ce qui concerne les approvisionnements en provenance des pays nordiques, de bons arrivages en cabillaud d’origine Norvège et Islande sont à prévoir malgré une forte instabilité des marchés. Les prix repartent à la hausse sur plusieurs espèces comme le merlu, le lieu noir, le sabre ou encore le loup de l'Atlantique en raison de faibles débarques.

➡️ Jeudi 30 avril 2020

👉 Bilan de la semaine passée

La filière halieutique française a connu lors des derniers jours des difficultés à valoriser son poisson en criée, concurrencé par des volumes à l’import massifs et bons marchés. Des cours bien en deçà de la moyenne ont ainsi été enregistrés dans la majorité des criées en France, l’instabilité des marchés n’arrangeant rien.

De l’autre côté, l’interprofession met en place des outils pour permettre au consommateur d'être informé des lieux de vente de poisson à l’image de France filière pêche, Normandie Fraicheur Mer ou encore Breizhmer.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Conditions météorologiques et marées

La météo annoncée pour la semaine prochaine devrait permettre la sortie de l'ensemble de la flotte, qu'elle soit côtière ou hauturière. La journée de mardi pourrait être plus indécise pour la petite pêche côtière de la façade Atlantique avec un flux d'Est annoncé entre 20 et 30 nœuds.

Nous noterons le retour des grands coefficients de marée dès le début de semaine, ce qui freinera probablement le travail des fileyeurs et réduira de ce fait les débarques en poissons plats notamment.

Coefficients de marées de la semaine du 19.

Prévisions des coefficients de marées pour la semaine 19. Source Maree.info. 

 

  • Manche - Mer du Nord
    • Côte d’opale : à l’image des autres principales halles à marée en France, la criée de Boulogne a vu les cours chuter cette semaine. Les principales espèces à la débarque restent le maquereau, le merlan et la seiche (de grosse taille) qui vient remplacer l’encornet, de moins en moins présent. Les approvisionnements en tourteaux, homards et bulots restent bons tout comme le poisson pinsé de ligne.
    • En Normandie : l’heure n’est pas à la fête à Granville où le bulot connait des temps particulièrement difficiles. Sur les 10,5 tonnes à la débarque mardi, seuls 2,5 tonnes ont trouvé preneur et à des prix très bas. L’une des causes avancée serait l’atteinte des capacités de stockage des acheteurs. Une partie de la flotte des bulotiers pourrait ne pas reprendre la mer la semaine prochaine.
  • Bretagne Nord
    • Saint-Quay-Portrieux : une des rares places portuaires sur le territoire où la situation est restée stable. Les derniers volumes de coquille Saint-Jacques de la Baie de Saint-Brieuc seront débarqués en début de semaine prochaine pour cause de “rattrapage” mais resteront anecdotiques. La fermeture officielle de la campagne étant normalement prévue pour cette fin de semaine. Actuellement à l'offre, des moules de bouchots d'avant-saison, moins qualitatives qu'une moule en pleine saison mais elle est idéale en attendant les nouvelles pêches.
    • Roscoff : les ventes gardent une fréquence quotidienne avec des débarques moyennes entre 10 et 15 tonnes par jour par deux chalutiers et quelques côtiers. La flotte de gros fileyeurs reste à quai pour le moment faute de prix sur leurs espèces cibles (lotte, barbue, turbot). Les lieus et bars de ligne sont bien présents tout comme le merlan et l'églefin. Les cours sont restés au-dessus des prix de retraits habituels mais restent fragiles.
  • Bretagne Sud

Les cours en criée ont connu des chutes importantes depuis une semaine sur des espèces concurrencées par leurs homologues d’import entraînant la colère de nombreux pêcheurs sur la façade.

    • Guilvinec : en raison des mauvaises conditions météorologiques, les bateaux côtiers n'étaient pas en mer aujourd’hui. Il n’y a donc pas eu de vente cette après midi. La criée réalise une vente le lundi et mardi matin pour les hauturiers à l’occasion de ces semaines réduites. Une vingtaine de navires devraient être à la vente côtière lundi après midi ainsi que deux hauturiers le matin avec 12 tonnes annoncées.
    • Lorient : les cours ont amorcé leur chute libre en fin de semaine dernière avec des causes probablement multiples. En premier lieu, la concurrence des poissons d’import en provenance d’Espagne, Écosse ou Irlande pour le merlu et la lotte qui ont eu particulièrement du mal à être absorbés. L'autre raison qui a probablement eu un impact non négligeable sur la valorisation de l’ensemble des espèces côtières est le fonctionnement d’un seul convoyeur sur les deux présents en criée. Ceci ayant pour conséquence d’allonger le temps de vente et de défavoriser considérablement les derniers lots, face à un nombre d’acheteurs de ce fait, beaucoup plus réduit.
  • Façade Atlantique

Face aux conditions météorologiques peu favorables et la période de crise, les débarques sont restées très modérées cette semaine mais régulières et diversifiées. La demande quant à elle s’est trouvée particulièrement hétérogène, à l’image des dernières semaines rendant encore plus difficile les achats des acteurs de l’aval de la filière.

    • En Vendée : les criées conservent leur rythme actuel. À l’image de la situation en Bretagne Sud, le merlu peine à trouver preneur face à la concurrence étrangère. En revanche vous pourrez compter sur le merlan de ligne de Noirmoutier (disponible sur ProcSea). Des débarques en langoustine vivante sur cette façade seront également à la vente.
    • Saint-Jean-de-Luz : la criée a enregistré une baisse générale des cours et continue les ventes à distance. Les principales espèces restent identiques à la semaine passée, à savoir : merlu de ligne et chalut et poisson de l’Adour (saumon sauvage et alose).
  • Produits d'importation

Les arrivages en bars, dorades turques et croates devraient se faire sans encombre la semaine prochaine tout comme pour le saumon norvégien, bien que le rythme d’abattage est ralenti. Cependant, quelques modifications dans les approvisionnements en raison des jours fériés sont à prévoir. 

Comme expliqué la semaine passée, le sourcing du thon tropical se fait d’avantage en Atlantique centre Est avec pour origine principale la Côte d’Ivoire en raison des apports plus faibles aux Maldives et Sri Lanka avec le Ramadan.

L’espadon, habituellement issu de pêcheries chiliennes mais dont l’export est bloqué, reste rare sur les étals tout comme les produits exotiques africains.

En Islande, les exportations devraient se maintenir que cela soit par voie aérienne ou navale.

➡️ Vendredi 24 avril 2020

👉 Bilan de la semaine passée

Cette semaine a été marquée par une chute des cours sur quelques espèces en Bretagne Sud et une globale hétérogénéité dans la demande. Les difficultés en approvisionnements en poisson côtier sur la façade Nord annoncées vendredi dernier se sont vérifiées en raisons du mauvais temps. Cette situation ne devrait pas se reproduire dans la semaine à venir où les conditions météorologiques devraient rester globalement clémentes sur notre territoire comme pour les pays nordiques, à l’exception d’une dépression qui devrait passer dans la journée de mercredi sur la façade Atlantique. La petite pêche côtière pourrait être affectée lors de cette journée.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Manche - Mer du Nord

Comme annoncé, le début de semaine a été assez difficile sur le littoral de la Normandie et de la côte d’Opale avec des conditions météorologiques défavorables. Les approvisionnements se sont restreints aux débarques des navires les plus volumineux comme des bulôtiers ou certains chalutiers.

    • Boulogne Sur Mer : les prix en criée ont subi une baisse lundi notamment sur le petit merlan et la roussette mais se sont rapidement redressés. Les espèces sur lesquelles vous pourrez compter sur cette place portuaire dans les jours à venir sont l’encornet, le rouget barbet, le merlan ou encore le chinchard. À noter également la débarque de lieu noir et de merlu en cette fin de semaine par l’armement Euronord, de quoi ravir les amateurs de poissons blancs à filet. Sur cette fin de semaine les navires sont presque tous repartis en mer, de quoi espérer de bon approvisionnements pour le début de semaine prochaine.
    • Dieppe : les apports restent concentrés autour du bulot ainsi que du poisson d’un chalutier débarquant une à deux fois par semaine.
    • Cherbourg : la criée ne fera que deux ventes hebdomadaires pour les prochaines semaines (vendredi férié)
  • En Bretagne Nord

Les conditions météorologiques sont restées assez mauvaises jusqu’en début de semaine contraignant fortement la petite pêche côtière. Depuis le début de la crise, la criée de Saint-Quay-Portrieux était le seul lieu de vente sur la façade mais aujourd’hui la criée de Roscoff ouvre à nouveau ses portes. Notons, que la fin de semaine prochaine sera marquée par la fin de saison de la coquille-saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc.

    • Saint-Quay-Portrieux : cela fait quelques semaines que la seiche est arrivée à la côte faisant le bonheur des chalutiers (par dérogation) et des caseyeurs ciblant ce mollusque. Cependant la demande reste très mesurée notamment pour l’Espagne et l’Italie, les deux principaux pays de débouché.
    • Roscoff : une première vente depuis le confinement ce vendredi avec des prix très satisfaisants. Le retour de cette source d’approvisionnement sera particulièrement intéressante pour le poisson de petite pêche côtière, très qualitatif, comme le Saint-Pierre, le merlan, le grondin ou encore en lotte et églefin. La moitié des 10 chalutiers auraient repris leur activité, accompagnés des quelques navires de petite pêche côtière. L’activité reprend donc doucement sur la pointe Finistère Nord.
  • Bretagne Sud :

Le bilan de la semaine est très mitigé avec une belle chute des cours en début de semaine sur quelques espèces comme la lotte, le merlu ou la sole.

    • Le Guilvinec : les cours sont restés assez bas cette semaine par rapport aux précédentes sur le poisson. La lotte a perdu un tiers de sa valeur entre la fin de semaine dernière et ce début de semaine. Les belles pièces de poisson fins restent difficiles à valoriser également en l’absence de restauration. La langoustine quant à elle s’est maintenue à des prix raisonnables. Les organisations de producteurs (OP) devraient revenir au soutien de la pêche (sur des volumes limités) à partir de la semaine prochaine.
  • Façade Atlantique

La situation sur la façade Atlantique a été particulièrement instable cette semaine avec une demande particulièrement hétérogène selon les jours, rendant encore plus difficile le travail des mareyeurs.

    • Vendée : les apports sont restés mesurés mais réguliers cette semaine avec une belle diversité à la débarque. Les poissons à l’honneur sont le rouget barbet, le merluchon ou encore le bar de pêche côtière. Les navires continuent sur le système de rotation pour répartir les débarques et gérer au mieux la situation.
    • Saint-Jean-de-Luz : à l’image de la Vendée, la demande était très hétérogène en criée cette semaine, où les ventes ne s’effectuent uniquement à distance. La majorité des mareyeurs de la région restent fermés, la restauration occupant une proportion importante de leur clientèle. Bon nombre de navires profitent ainsi de cette période difficile pour effectuer les réparations et entretien de leur équipement. Néanmoins, les approvisionnements en merlu de ligne, bien valorisé, sont toujours bien présents ainsi que quelques volumes de poisson de l’Adour (saumon et alose).
  • Produits d'importation

Certains produits islandais comme le dos de cabillaud ou le loup de mer ont vu leur prix baisser cette semaine, en cause, la reprise d’activité de certains armements de pêche augmentant l’offre. Ce constat devrait être valable pour la semaine à venir.

En Hollande, la journée de lundi sera fériée en raison de l’anniversaire du roi. Il faudra donc s’attendre à une baisse de disponibilité en produits de cette origine bien que certains fournisseurs maintiendront leur activité.

Le thon frais devrait rester à l’offre sans difficultés. En revanche une baisse des approvisionnements en origine Sri Lanka, Maldives ou Oman en raison du Ramadan au profit des produits de côte d’Ivoire.

Du thon albacore VAT entre 10 et 20 kg devrait être disponible à partir de mardi sur la plateforme ProcSea. Les arrivages en espadons restent très faibles.

👉 Cette semaine nous avons pris des nouvelles de nos poissonniers pour découvrir leur organisation pendant cette crise sanitaire. Découvrez leurs témoignages dans l’article qui leur est consacré.

Découvrez le témoignage de 3 poissonniers

➡️ Vendredi 17 avril 2020

Cela fait maintenant un mois que la filière des produits de la mer en France tourne au ralenti suite aux mesures de confinement et à la fermeture des restaurants et des marchés ouverts. Après une première semaine de crise catastrophique avec l'effondrement des prix en criée, le retrait des organisations de producteurs, et la mise à quai de la grande majorité des navires, la filière a su remonter la pente petit à petit en équilibrant au mieux les débarques. La situation reste variable selon les régions, mais la majorité de la flotte côtière reprend la mer contrairement à la flotte hauturière en activité très partielle et contrainte de faire des marées courtes. Néanmoins, l’absence de la restauration se fait ressentir. Le marché reste très fragile, les gros volumes restent difficiles à absorber tout comme les espèces fines en gros calibres sont très peu valorisées. Les mesures d’aide aux pêcheurs annoncées il y a quelques jours auront probablement un impact sur les sorties en mer.

👉 Bilan de la semaine passée

  • Les criées

Les prix en criée ont fortement diminué après le week-end de trois jours, sur certaines espèces (merlu, lotte, julienne, raie), avant de remonter en milieu de semaine. Ce fut le cas notamment sur la façade Atlantique tandis que la façade Manche-Mer du Nord semble avoir été moins impactée.

Les débarques sont restées très diversifiées grâce aux apports côtiers. Le Saint-Pierre s’est révélé très présent sur les criées de Bretagne Sud tout comme le maquereau. À contrario, la sole était plus difficile à trouver pour certains mareyeurs (par exemple à Lorient), s’expliquant probablement par les derniers gros coefficients de marée.

  • Produits d'importation

Bien qu’encore réduits, les produits les plus demandés (cabillaud, saumon crevette, thon) sont restés bien présents.

👉 Prévisions de la semaine à venir

  • Les sorties en mer

Les conditions météorologiques annoncées devraient freiner la sortie des petits navires côtiers sur l’ensemble de la façade Nord avec en prévision un vent de Nord-Est entre 20 et 35 nœuds pour les trois premiers jours de la semaine. Les pêcheurs de la façade Atlantique ne devraient pas être impactés, sauf changement de prévisions d’ici là. En Europe du Nord, les conditions seront globalement propices à la sortie des navires, notamment au Danemark et en Norvège. Un peu plus de vent est annoncé pour l’Islande mais qui ne devrait pas empêcher l’activité.

  • Les criées
    • Manche - Mer du Nord

Les approvisionnements en poisson de petite pêche côtière devraient donc être plus difficiles en début de semaine prochaine. Le retour à la normale devrait se faire à partir de jeudi.

      • À Cherbourg : les hauturiers n’ont pas prévu de reprendre le chemin du large pour le moment. L’activité reste maintenue par environ 30 % de la flotte qui vend habituellement en criée.
    • En Bretagne Nord

Un début de semaine également compliqué sur la façade Bretagne Nord à cause des conditions venteuses.

      • Saint-Quay-Portrieux : la seule criée d'ouverte sur cette façade ne fera peut-être pas de vente mardi. La coquille Saint-Jacques devrait rester malgré tout à l’offre en attendant des apports de poisson côtiers en fin de semaine.
    • En Bretagne Sud

Les apports devraient se rapprocher de ceux de la semaine passée. Les merlus (et merluchons), rougets barbets de senne et lieus jaunes devraient rester présents. De belles débarques de soles pourraient avoir lieu avant de voir les coefficients de marée regrimper. La débarque d’un bateau de la Scapêche devrait être à la vente de jeudi avec au menu sabre et lingue bleue. À noter que cette dernière et la julienne seront en promotion la semaine prochaine en grande distribution.

    • Façade Atlantique

Les apports côtiers devraient s’effectuer sans encombre la semaine prochaine sur le littoral du Golfe de Gascogne.

      • Noirmoutier : deux fileyeurs de 16 mètres débarqueront dans la semaine, l’un ciblant plutôt la sole, le second le divers. 90 % de la flotte côtière maintiendra son activité, de quoi espérer des belles débarques en poisson de ligne, turbot, sole et seiche.
      • À Saint-Jean-de Luz, le merlu de ligne restera à l’offre.
  • Produits d'importation

Les arrivages de poisson islandais devraient se faire sans trop de difficultés avec un transport majoritairement par avion. Pour le saumon, les abattages se font moins fréquemment qu’en temps normal en Norvège contrairement à l’Ecosse qui conserve un rythme d’expédition soutenu. Le poisson de pêche des pays scandinaves sera bien présent. Il est cependant important de noter que nous arrivons en fin de saison sur le Cabillaud SKrei de Norvege.

La grande majorité des navires écossais sont également repartis en mer ce qui pourrait fragiliser le marché en cas de débarques volumineuses qui ne peuvent pas être absorbées par le marché en ce moment.

En Méditerranée, les approvisionnements redeviennent réguliers.

Côté grand import, des difficultés d'approvisionnement en espadon du Sri Lanka. Cependant, pas de réel problème dans l'approvisionnement de thons avec notamment à l'offre du thon de pirogue en provenance des Maldives.

➡️ Vendredi 10 avril 2020

Bilan de cette 4e semaine de confinement : elle a été marquée par le retour d’une fébrilité du marché avec l’augmentation trop brutale des volumes à la vente dans certaines criées. La quasi-totalité des mareyeurs et importateurs ont repris leur activité (en effectif réduit), ce qui n’est pas le cas de la flotte de pêche en mer, variable selon les façades. Pour les produits d'importation, les arrivages en provenance de la Méditerranée auront bien lieu la semaine prochaine à l’inverse de certains produits Islandais qui pourraient être plus rares.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : il n'y a pas de réel changement aujourd’hui, tant sur la composition des captures, que sur les cours en criée qui se maintiennent pour les espèces fines et des cours plus fragiles sur des espèces à plus faible valorisation (la demande est moins présente actuellement). Les Organisations Professionnels demandent à leurs adhérents de cibler des espèces dont la demande est certaine.
    • Normandie : l’intégralité des points de vente ont été référencés et mis en ligne par Normandie Fraicheur mer qui souhaite donner de la visibilité au consommateur et maintenir l’activité de pêche estimée aujourd’hui à environ 35 % de l'activité habituelle.
  • Bretagne Nord : La situation est peu encourageantes avec nottamement le manque de halles à marées ouvertes et les dernières ventes . Le vent de Nord Est annoncé pour lundi et mardi prochain sera probablement un frein à la sortie de nombreux navires. La région Bretagne semblait s’être la mieux relevée, mais subit de nouveau des chutes de cours.
    • Saint-Quay-Portrieux : la situation était déjà fragile depuis quelques jours. Les quantités mises en vente ce matin étaient trop élevées par rapport à la demande (sans les Espagnols), notamment sur la seiche et plus généralement sur l’ensemble du poisson.
  • Bretagne Sud : l’essentiel de la flotte côtière était en mer aujourd’hui sur la Bretagne Sud.
    • Lorient : comme annoncé hier, la criée voit également ses cours fragilisés par les volumes débarqués.
  • Façade Atlantique : la situation reste fragile ; les débarques doivent être bien réparties dans le temps pour ne pas voir les cours s’effondrer. La demande Italienne et Espagnole, malgré la période de crise, permet d’écouler les stocks de certains mareyeurs en cette fin de semaine. Des chalutiers-senneurs devraient repartir ce week-end à la recherche notamment de rougets barbets de quoi espérer des apports intéressants mardi prochain. À noter que des volumes importants de maquereau débarqué ces derniers jours sur l’ensemble du littoral atlantique, ne trouvent pas toujours preneur, et sont à des prix souvent faibles.

👉 Produits d'importation

Les produits en provenance d’Islande se feront plus rares et moins diversifiés en raison du long week-end. Un arrivage par bateau est prévu pour mardi prochain et un second par avion jeudi, notamment sur du dos de cabillaud. Les approvisionnements reprennent progressivement sur les arrivages méditerranéens de bar et dorade d’élevage. La Turquie reprend les exportations après un arrêt de quelques semaines. Enfin, concernant les produits exotiques, il y aura du thon et de l'espadon en préventes.

➡️ Jeudi 9 avril 2020

À l’approche de ce week-end de Pâques, dans un contexte inédit, l’incertitude face à la demande des consommateurs est pesante. Certains acheteurs ne souhaitent pas prendre de risques sur leurs approvisionnements et ont recours à la précommande pour plus de sécurité. Le retour plus massif des navires français avant ce week-end pourrait avoir des conséquences sur les cours en criée. S'ajoute à ce constat que les acheteurs espagnols ne seront pas au rendez-vous étant en week-end depuis hier soir, tout comme les pays nordiques.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : la situation reste plutôt stable sur la façade nord avec des conditions météorologiques et des cours en criée qui encouragent les pêcheurs côtiers à sortir en mer. La situation demeure plus compliquée pour les hauturiers contraints, pour les rares en activité, de faire des marées courtes.
    • Boulogne-sur-Mer : l’essentiel des ateliers de mareyage ont repris leur activité, au moins partiellement. Ils profitent des apports d’une vingtaine de navires (6 chalutiers senneurs, une dizaine de fileyeurs et quelques coquillards). Les principales espèces débarquées sur la côte d’Opale restent l’encornet, le maquereau, le merlan, la Saint-Jacques avec des valorisations parfois faibles sur ces deux dernières espèces (sur les petites tailles pour le merlan).
  • Bretagne Nord : les flux restent centralisés sur Saint-Quay-Portrieux. Les acheteurs peuvent profiter des apports en poisson côtier de qualité exceptionnelle qui devraient satisfaire les exigences des poissonniers. Les approvisionnements en poisson blanc à filet sont en revanche plus difficiles pour certains mareyeurs.
  • Bretagne Sud : après la baisse des prix observée sur quelques espèces lors de la vente de mardi après-midi au Guilvinec, des cours assez similaires ont pu être constatés hier après-midi. Néanmoins, la valorisation des poissons reste très honorable et aucun invendu significatif n’est à déclarer, d’autant plus que les volumes à la débarque ont une tendance à l’augmentation. Pour le reste des criées de Cornouaille, le maquereau, la baudroie, la sole, bars et lieus de ligne sont à l’honneur. Vous pourrez les retrouver sur la plateforme.
    • Lorient : le constat est proche de celui du Guilvinec avec des apports plutôt élevés par rapport au contexte de crise. Le maquereau est bien présent tout comme le poisson côtier. À noter que la sole s’est trouvée moins bien valorisée à la dernière vente. Le week-end de Pâques approchant, certains mareyeurs ne fonctionnent que sur précommande, par peur de laisser des beaux produits en chambre froide pendant le long week-end. La diversité et la qualité restent au rendez-vous.
  • Façade Atlantique : la flotte de côtiers continue son activité avec des apports très diversifiés. Les prix étaient à la baisse lors de la dernière vente, pour cause, les Espagnols manquant à l’appel (jours fériés) et des volumes en augmentation.
    • Saint-Jean-de-Luz les petits côtiers sortent en mer avec des débarques de merlu de ligne, leur produit phare, actuellement bien valorisé à la vente que vous pourrez également retrouver sur ProcSea.

💡 Bon à savoir :

La plateforme StopCOVID19.fr vous permet, en tant que professionnel, de vous fournir en équipements de protection et de désinfection tels que les solutions hydro-alcooliques et les masques.

Logo de Stop covid 19

➡️ Mercredi 8 avril 2020

En ce mercredi, l’actualité de la filière est marquée par la fragilité des cours qui se fait ressentir sur les différentes façades. Hier, la façade Nord semblait montrer des signes de fébrilité avec les apports de volumes conséquents sur quelques espèces comme la seiche. Aujourd’hui, c’est au tour de la Bretagne Sud où certains poissons fins ont vu leur valeur divisée par deux en seulement 24 heures. Ce constat nous rappelle que le marché est très réduit et que les efforts en termes de répartition et de limitation des débarques doivent être maintenus drastiquement. Au niveau de la composition des débarques, la diversité et la qualité sont au rendez-vous de quoi satisfaire les acheteurs, en particulier les poissonniers.

 

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : la situation reste stable sur la façade Nord avec des cours en criée qui se maintiennent (niveaux globalement convenables à bons). Des volumes intéressants en bulots et coquilles-saint-Jacques sont débarqués, en particulier à Dieppe et Granville. Les poissons plats restent parmi les produits facilement disponibles en ce moment et devraient demeurer à l’offre. La flotte côtière en pêche reste en augmentation.

    • Boulogne-sur-Mer et Port-en-Bessin : des rotations de navires et des échelonnements des débarques sont mis en oeuvre pour amoindrir la volatilité des cours.
    • Fécamp a réouvert ses portes. La criée ouvrira le lundi, mercredi et vendredi, ce qui devrait compléter les apports en coquilles-saint-Jacques, bulots et des petits volumes de poissons côtiers. 
  • Bretagne Nord : les débarques étaient plus faibles qu'hier en raison des grandes marées, mais avec une belle diversité en poisson côtier et des cours qui sont restés soutenus à la vente ce matin, de quoi encourager les pêcheurs à poursuivre leurs efforts.
  • Bretagne Sud : 
    • Guilvinec : une vente difficile hier après-midi avec des prix sur certaines espèces qui se sont trouvés divisés par deux. Les mareyeurs travaillant habituellement avec la restauration peinent à écouler leurs stocks, pourtant constitués de jolis produits côtiers.
    • Lorient : des fluctuations plus importantes des cours ont aussi été perçues ces derniers temps sur les espèces fines avec l’augmentation des volumes à la débarque. Les approvisionnements en poisson de filet comme le merlan ou l’églefin se font plus compliqués.
  • Façade Atlantique : sur le Golfe de Gascogne, le constat est mitigé. Les apports intéressants en volumes qui se profilaient lors des derniers jours ne sont pas au rendez-vous. Les tonnages à la vente aujourd’hui ont été divisés par deux par rapport aux journées précédentes (Sables d’Olonne). Les acheteurs peuvent néanmoins trouver du poisson très diversifié et de qualité, les navires effectuant des marées courtes. Les espèces à l’affiche sur lesquelles vous pourrez compter dans les prochains jours sont : bar, rouget barbet, merlu (et merluchon), merlan, sole et ainsi que le maquereau qui fait son arrivée.

👉 Produits d'importation

Comme annoncé les jours précédents, les pays nordiques font le pont à partir de demain. La grande majorité des pêcheurs rentrent donc au port dans la journée. Le poisson de pêche de ces destinations se fait également rare et cher, les conditions météorologiques ayant été pour le moins peu avantageuses ces derniers temps.
Coté exotique, du thon obèse d’arrivage en cœur de longe fraîche lingée sera disponible en quantité demain sur ProcSea.

➡️ Mardi 7 avril 2020

Trois semaines après l’annonce du confinement en France, l’augmentation des volumes, pour certaines espèces et certains calibres, dans quelques criées a montré la fragilité du marché. Les apports diversifiés et de qualité de la flotte côtière permettent aux poissonniers de satisfaire de manière globale leur demande, ce qui est moins le cas pour de nombreux mareyeurs.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : le climat reste stable sur la façade Nord avec des apports essentiellement issus des navires côtiers. De manière globale, les mareyeurs parviennent à trouver le poisson nécessaire pour satisfaire la demande de leurs clients qui reste réduite aux poissonniers et grandes surfaces. Le bulot et la seiche se valorisent assez mal en ce moment.

    • Cherbourg : les hauturiers n’ont pas encore exprimé leur volonté de repartir en mer.
    • Port-en-Bessin : quelques gros chalutiers maintiennent des approvisionnements en répartissant les débarques sur la semaine.
    • Grandcamp-Maisy : l'ouverture de la criée reste dépendante des débarques.
  • Bretagne Nord : les achats en poisson de Bretagne nord seront possibles demain sur ProcSea.

    • Saint-Quay-Portrieux : les volumes étaient repartis à la hausse sur les deux dernières ventes mais devraient être plus réduits demain avec les gros coefficients. Le marché s’est montré très fragile sur les espèces débarquées en gros volumes comme pour la seiche, qui se destine majoritairement à la congélation, ou même sur certains poissons fins. Les acheteurs, moins nombreux en criée, restent timides dans leurs approvisionnements puisqu'une large partie de leur clientèle est fermée. Les débarques restent diversifiées en termes d’espèces.
  • Bretagne Sud :
    • Lorient : une vente a eu lieu à la criée ce matin à 3h30 (un seul convoyeur en fonction) avec plus de 20 tonnes à la vente, digne d’une période "normale". Les cours sont restés soutenus pour les espèces fines et d'importants volumes en maquereau étaient à la vente. Rappelons que la cellule commerciale a été réactivée pour permettre des approvisionnements en julienne.
  • Façade Atlantique :
    • Sables d’Olonne : la criée reprend sont activité à un rythme d’une vente quotidienne à partir de demain. Les navires en mer restent majoritairement côtiers. Les gros calibres sur les espèces fines peinent à se vendre. Pour cause, la restauration, habituellement cliente de ses belles pièces étant fermée. La demande des poissonniers, associée aux maigres apports, rend les approvisionnements compliqués pour certains mareyeurs.

👉 Produits d'importation

Rectificatif du lundi 6 avril : les avions de fret en provenance d’Islande maintiennent une fréquence d’un vol par jour. Les avions transportant à la fois des passagers et des marchandises se trouvent eux, bien impactés, passant de trois vols quotidiens à deux vols hebdomadaires. De fait, la majorité des importateurs se tournent actuellement sur les vols de fret, les approvisionnements sont donc peu perturbés.

➡️ Lundi 6 avril 2020

En ce début de semaine Pascale, le secteur de la marée reprend des couleurs progressivement avec davantage de navires en mer, principalement côtiers. Les cours en criées sont assez fragiles, ne permettant pas encore, aux hauturiers de sortir en pleine sérénité. Les imports se font plus difficiles en provenance nordique, méditerranéenne ou exotique.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : sur la côte d’Opale la situation s’améliore de jour en jour avec, comme annoncé pour ce début de semaine, un effectif plus important de navires en mer travaillant toujours en marées courtes. Les apports restent malgré tout plus faibles qu’en temps normal. À noter : des débarques intéressantes en poissons plats par de nombreux côtiers que vous pourrez retrouver en ligne sur ProcSea. 

Commander des poissons plats

 

    • Cherbourg : le port reprend également progressivement des couleurs. Environ 30 % de la flotte côtière est en mer aujourd’hui. Les hauturiers ne ressortent pas encore et les fileyeurs restent également à quai avec les grandes marées cette semaine. Les dernières ventes en criées ont été plutôt concluantes avec des cours soutenus et d’avantage d’acheteurs, notamment sur les espèces fines. Ces cours restent en revanche fragiles et ne permettraient sans doute pas un retour à la normale en termes de volumes.
  • Bretagne Nord : les informations sont très partielles aujourd’hui.
    • Audierne : sur la pointe Finistère, la criée d’Audierne reprend son activité en ce début de semaine.
    • Saint-Quay-Portrieux : il semblerait qu’une quinzaine de navires soient repartis en mer. Au moins 500 kg de seiche seraient attendus pour la vente de demain matin en plus des petits volumes sur le reste des espèces.
  • Bretagne Sud : la situation se maintient au Guilvinec et à Lorient avec un effectif de navires proche de la fin de semaine dernière à l’exception que les flotilles de fileyeurs resteront à quai. Sans cette flottille de fileyeurs, certains mareyeurs auront plus de difficulté à trouver du poisson d’excellente qualité cette semaine et devront se rabattre sur les rares ligneurs en activité. Les cours sur les espèces fines resteront donc très soutenus cette semaine.
  • Façade Atlantique :
    • Sables d’Olonne : la criée sera fermée demain matin, mais devrait réouvrir tous les jours à partir de mercredi. Des senneurs repartent en mer, permettant des approvisionnements plus diversifiés et très qualitatifs, notamment en merluchons, rougets barbet, bars et merlans qui seront disponibles très prochainement sur ProcSea.

👉 Produits d'importation

Les arrivages d’Islande se trouvent très perturbés en ce début de semaine avec uniquement deux approvisionnements hebdomadaires. Les volumes seront donc impactés. Certains arrivages norvégiens en cabillaud skrei prévus pour aujourd’hui se sont trouvés décalés à demain. Il n'y a pas de problème à signaler en ce qui concerne les approvisionnements en saumon. Le loup, le sébaste et le sabre devraient être disponibles cette semaine sans pénurie.

La plupart des pays nordiques font le pont à partir de jeudi et ceux jusqu’à mardi prochain. Il faudra donc en tenir compte pour les arrivages à venir.

En méditerranée, le bar et la dorade d’élevage se font toujours rares, notamment pour la Turquie qui a beaucoup de difficultés à faire partir les camions faute de volumes.
Les arrivages d’origine exotiques (Maldives, Sri Lanka) se trouvent également perturbés avec beaucoup d’annulations de vols.

➡️ Vendredi 3 avril 2020

Réouverture de nombreux mareyeurs et poissonniers, augmentation du nombre de navires en mer, cours soutenus en criées : tel est le bilan de cette fin de 3e semaine de crise. Néanmoins, le marché a montré certaines fragilités comme pour le merlu sur la façade Atlantique ou la seiche en Manche, privé de débouchés en Espagne et Italie. Les apports devront donc être bien répartis dans les prochains jours et prochaines semaines pour éviter de revivre les situations passées en espérant que la demande continue de s'accroître. De plus, les fêtes de Pâques riment souvent avec une augmentation des prix. Cependant, au vu de la situation exceptionnelle, il est difficile de prédire des tendances.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : cette façade commence à retrouver une activité intéressante de manière globale, bien qu’encore bridée par endroits.
    • Boulogne-sur-Mer : à Boulogne, quelques hauturiers retournent en mer, accompagnés de chalutiers et senneurs ainsi que d’une 15e de fileyeurs. En criée, les apports et le nombre d’acheteurs augmentent de jour en jour avec la réouverture de plusieurs mareyeurs et poissonniers. Les cours restent soutenus pour le moment grâce à cette augmentation conjointe de l’offre et de la demande.
    • Port en Bessin : 3 à 4 chalutiers hauturiers seraient en mer.
  • Bretagne Nord :
    • Roscoff : la criée reste fermée faute d’approvisionnements en matériel de sécurité sanitaire.
    • Saint-Quay-Portrieux : 8 tonnes de poisson à la vente ce matin dont une proportion élevée en seiches. Ceci s'explique par la dérogation de chalutage octroyée, entre le 1er avril et le 30 juin 2020, aux pêcheurs de la zone pour cette espèce dans la bande des trois milles.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : la situation reste stable avec 50 % de la flotte de pêche en mer. La vente de cette après-midi s'élèvera autour de 7,5 tonnes issues de 3 navires hauturiers (sur des marées courtes) en plus des apports en langoustine et ceux des fileyeurs.
    • À Lorient : le constat est très réjouissant avec la quasi-totalité des flottilles en mer aujourd’hui. Ce matin, 14 tonnes ont été vendues avec un prix moyen assez élevé et aucun invendu significatif. La cellule commerciale a même été réouverte pour satisfaire aux besoins de certains mareyeurs. À noter que les navires de la Scapêche, travaillant en ouest Écosse, débarquent leur marchandise au port de Lorient et non sur les bases avancées, le transport aérien des équipages étant bloqué pour le moment. Les rotations sont donc plus longues.

  • Façade Atlantique : la situation évolue également dans le bon sens ou plusieurs senneurs reprennent la mer, accompagnés d’autres navires côtiers (fileyeurs et petits chalutiers).
    • Sables d’Olonne : la criée a enregistré 7 tonnes ce matin à la vente avec du bar, du rouget ou encore du merlu.

La semaine prochaine, la plupart des criées devraient rester ouvertes tous les jours sur la façade Atlantique. Celle des Sables d’Olonne n’aurait pas encore pris la décision si elle continuait sur une fréquence de 3 ventes par semaine ou revenait à une ouverture quotidienne, ceci nécessitant une bonne répartition des débarques.

➡️ Jeudi 2 avril 2020

Du côté des ports de pêche, de nombreuses sociétés de mareyage reprennent leur activité progressivement. Les conditions météorologiques favorables couplées à la demande des mareyeurs, plus nombreux, devraient permettre d’envisager une amélioration générale du marché. Coté importation, les approvisionnements sont comparables à cette semaine. Les poissons d’élevage méditerranéens en revanche se font plus rares sur le marché français en cette fin de semaine.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : la situation se stabilise sur la côte d’Opale et notamment à Capécure ou bon nombre d’entreprises de produits de la mer reprennent leur activité après des semaines compliquées. Les compositions des débarques sont essentiellement composées de merlan, maquereau et encornet. Les navires en mer ces derniers jours ayant effectué de courtes marées à proximité de la cote. D’avantage de bateaux sont repartis en mer aujourd’hui et cela devrait s’accentuer encore dans les prochains jours. La situation est assez similaire en Normandie avec une part importante de la flotte côtière qui reprend son activité en cette fin de semaine.
  • Bretagne Nord : les nouvelles se sont faites rares ce matin pour la Bretagne Nord.
    • Saint-Quay-Portrieux devait enregistrer une vente côtière. Plus d’une tonne de raie, 500 kg de seiche et 150 kg de sole en plus du divers sont annoncés pour la vente de demain matin. 
  • Bretagne Sud : toutes les criées restent ouvertes.
    • Au Guilvinec, des cours élevés ont été enregistrés hier après-midi. Cette après-midi, 2 chalutiers hauturiers sont annoncés à la vente. La semaine prochaine devrait voir à minima la débarque d’un navire hauturier par jour, toujours avec une stratégie de marée courte (2 à 4 jours).
    • À Lorient : la situation devrait revenir quasiment à la normale sur le plan du nombre de navires en mer dans les prochains jours qui vont profiter des bonnes conditions météorologiques avant l’arrivée des grandes marées en milieu de semaine prochaine (surtout pour les fileyeurs). Les prix restent soutenus en criée.
  • Façade Atlantique : les approvisionnements restent timides sur la façade vendéenne et en Aquitaine.
    • Au Sables d’Olonne: la criée était fermée ce matin (3 ventes par semaine) tout comme celle de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Demain, deux navires devraient être à la vente à Saint-Gilles-Croix-de-Vie avec notamment de la dorade grise et du bar. À l’image du reste des façades, davantage de pêcheurs vont sortir en mer sur cette fin de semaine.
    • Noirmoutier : une vente a eu lieu ce matin mais sur une quantité qui reste réduite.

👉 Produits d'importation

La forte demande asiatique, des Etats-Unis et du marché ibérique, en plus de mauvaises conditions météorologiques en Islande, ont fait grimper les prix du cabillaud ces derniers jours. Néanmoins, il reste toujours disponible sur le marché français et les approvisionnements très majoritairement par avion se font de manière convenable. Pas de problème particulier n’est à déclarer pour le saumon en provenance des pays nordiques. Le bar et la dorade restent un peu plus difficile à trouver à l’image de cette fin de semaine.

➡️ Mercredi 1 avril 2020

Après un début de semaine globalement très pauvre en poissons côtiers, les conditions météorologiques annoncées devraient permettre à de nombreux navires de ressortir en mer. Sur l’ensemble des façades, de nombreux mareyeurs commencent à réouvrir leurs ateliers sous les effets conjoints de la demande et de la trésorerie impactée par la crise.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : Bon nombre de navires repartent en mer aujourd’hui.
    • À Boulogne : les apports en criée devraient être comparables à ceux de mardi, soit une 15e de tonnes partagées principalement entre du merlan et de l’encornet.
    • En Normandie, quelques navires hauturiers conservent leur activité avec des débarques en raie, émissole et roussette. À Cherbourg, seule la flotte côtière repart en mer pour le moment.
  • Bretagne : Malgré des informations très partielles aujourd’hui pour la Bretagne, la situation semble être comme annoncée hier, à savoir davantage de navires reprennent la mer en cette fin de semaine notamment en Baie de Saint-Brieuc et sur Lorient.
    • Au Guilvinec, les apports de navires hauturiers réalisant des marées courtes vont se poursuivre sur les prochains jours, les dernières ventes en criée ayant été satisfaisantes.
  • Façade Atlantique : En ce début de semaine, certains mareyeurs n’ont pas pu abonder à la demande de leurs clients, faut de disponibilité en poisson. Les débarques devraient être plus importantes en fin de semaine.

👉 Les criées

  • Manche – Mer du Nord : Les criées de la côte d’Opale restent ouvertes cette semaine à la différence de celle de Grandcamp.
    • Cherbourg garde son rythme de trois ventes par semaine avec des apports très diversifiés.
    • À Granville : le bulot a vu son cours diminuer radicalement sur les dernières ventes avec des invendus à déplorer.
  • Bretagne Nord : Pas de changement significatif en Bretagne à noter.
    • Saint-Quay-Portrieux reste la seule criée ouverte en Bretagne nord.
  • Bretagne Sud : toutes les criées sont ouvertes, au moins partiellement dans la semaine.
  • Façade Atlantique : Après un début de semaine très pauvre en termes de débarquements et où bon nombre de criées sont restées fermées, les mareyeurs devraient pouvoir retrouver plus d’abondance jeudi et vendredi.

Si vous continuez à travailler, n'hésitez pas à communiquer auprès d'initiatives actuelles recensant les commerces en activité sur le territoire comme par exemple le Marché vert.

➡️ Mardi 31 mars 2020

En ce mardi 31 mars, l’actualité est marquée par la perturbation de certains marchés d’import qui subissent les mesures de confinements plus tardives que dans l’hexagone, à l’image de l’Écosse qui voit sa plus grosse criée (Peterhead) fermer. En France, le marché reprend des couleurs progressivement malgré des conditions météorologiques compliquées en ce début de semaine.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : Situation très calme sur la côte d’Opale aujourd’hui avec de maigres apports en criée, principalement dû aux conditions météorologiques défavorables, notamment pour la pêche côtière. Les quelques chalutiers ayant débarqué ces derniers jours passent pour certains par de la contractualisation avec des sociétés de mareyage pour sécuriser les prix. À noter également quelques débarques de bulots sur Dieppe.  Les conditions vont s’améliorer à partir de demain, permettant à davantage de navires de travailler, de quoi espérer des approvisionnements intéressants jeudi.
  • Bretagne Nord : la situation reste compliquée en ce début de semaine avec la fermeture de la criée de Roscoff et les maigres débarques concentrées sur Saint-Quay-Portrieux pour les côtes d’Armor. À l’image de la côte d’Opale, les navires devraient ressortir en mer et des débarques plus importantes devraient être enregistrées à partir de mercredi après-midi.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : une dizaine de langoustiniers sont repartis en mer aujourd’hui avec quelques fileyeurs au Guilvinec. À noter que deux navires hauturiers réalisant des marées courtes, vont débarquer et vendre cette après-midi pour des quantités attendues de deux tonnes.
    • À Lorient, une flotte comparable aux jours précédents est repartie en mer. Les apports devraient augmenter d’ici la fin de semaine.
  • Façade Atlantique : les approvisionnements restent compliqués en ce début de semaine sur le golfe de Gascogne, faute de pêcheurs en mer avec le coup de vent de ce week-end. Mais selon Christelle Bobineau de Foro marée : "La situation devrait se rétablir à partir de jeudi avec de nombreux pêcheurs qui souhaitent repartir en mer".

👉 Les criées

  • Côte d’Opale et la Normandie : les criées restent majoritairement ouvertes, maintenues notamment par quelques chalutiers et bulotiers qui sortent malgré les conditions difficiles de ce début de semaine.
  • Bretagne Nord :
    • Saint-Quay-Portrieux ne fera pas de vente de poisson demain matin.
  • Bretagne Sud : la langoustine s’est encore très bien vendue sur les dernières ventes.
    • Au Guilvinec : un chalutier hauturier devrait débarquer demain après-midi.
    • À Lorient : 7,5 tonnes de poisson ont été vendues ce matin pour un prix moyen élevé.

👉 Produits d'importation

L’impact des mesures de confinement au Royaume-Uni se fait sentir avec la fermeture de plusieurs criées. Sur le saumon, le cabillaud et les poissons d’élevage méditerranéens, la situation reste comparable à celle d’hier. Des arrivages réduits en thon et espadon sont prévus pour demain.

➡️ Lundi 30 mars 2020

Cela fait aujourd’hui près de deux semaines que la France a adopté des mesures de confinement, à l’image de ces voisins européens, impactant profondément la filière des produits de la mer faute de débouchés. Les voies de distribution encore en activité aujourd’hui restent la grande distribution et les poissonneries sédentaires, les marchés ouverts étant interdits sauf dérogations, notamment dans des petites communes. Toujours dans l’attente des mesures d’aides au secteur, la filière se fédère pour maintenir une activité, pourvoir à la demande des consommateurs et limiter les dégâts pour les entreprises.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : les conditions météorologiques actuelles sur la façade nord rendent difficiles les sorties en mer en ce début de semaine. La situation devrait se rétablir d’ici mercredi. Pour autant, l’activité des pêcheurs devrait se poursuivre avec des apports en sole, merlan, encornet et coquille Saint-Jacques à prévoir sur la côte d’Opale ou encore de seiche et de bulot à Dieppe. La sécurisation par contractualisation semble être une des solutions trouvées entre pêcheurs et mareyeurs pour continuer de travailler.
  • Bretagne Nord : les apports devraient être maigres dans les jours à suivre faute de mauvais temps (en plus de la période de crise).
    • Saint-Quay-Portrieux : rares sont les navires en pêche. La situation devrait se rétablir en milieu de semaine. À noter que sur la criée de Roscoff est fermée jusqu’à nouvel ordre.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : le même effectif de langoustiniers reste en pêche, soit une douzaine de navires, accompagnés de quelques fileyeurs. Deux hauturiers devraient vendre cette après-midi pour des quantités attendues de deux tonnes et une tonne et demi.
    • À Lorient : la situation reste stable avec des chalutiers côtiers et quelques fileyeurs en activité.
  • Façade Atlantique : suite au coup de vent de ce week-end, les bateaux qui étaient en activité en fin de semaine dernière devraient quand même reprendre la mer cette semaine.

👉 Les criées

  • Manche – Mer du Nord : les criées de la côte d’Opale restent en activité même si les apports dans les prochains jours devraient être limités.
    • Cherbourg passe sur un rythme de 3 ventes par semaine.
  • Bretagne Nord :
    •  Roscoff : la halle à marée est fermée.
  • Bretagne Sud :
    • Le Guilvinec, tout comme les autres criées de Cornouaille, maintient l’ouverture.
    • Lorient : la criée a enregistré près de 5 tonnes à la vente côtière ce matin avec un prix moyen légèrement plus bas que ces derniers temps, mais qui reste convenable.
  • Façade Atlantique :
    • Sables d’Olonne passent à trois ventes par semaine.
    • Saint-Jean-de-Luz réouvre ses portes via la vente à distance.

👉 Produits d'importation

Les approvisionnements restent assez stables en cabillaud d’Islande par avion pour les importateurs travaillants avec la petite pêche côtière. Cela peut à l’inverse être plus compliqué pour les grandes sociétés travaillant avec des chalutiers hauturiers.

Pour ce qui est du saumon, les arrivages ne semblent pas compromis. En revanche les mesures de confinement plus drastiques au Royaume-Uni et certains pays nordiques comme le Danemark pourraient freiner certains approvisionnements.

Enfin, l'approvisionnment en thon frais est compliqué, il est difficile d'avoir des apports.

➡️ Vendredi 27 mars 2020

En ce vendredi 27 mars 2020, le climat reste pesant dans cette période de crise. L’incertitude sur l’évolution des cours en criée, la peur des méventes, l’absence de prix de retrait et les risques sanitaires liés au COVID 19 à bord sont autant de raisons qui poussent la majorité des flotilles à rester à quai à l’échelle du territoire.

Néanmoins, le peu de navires restant en activité se voient globalement récompensés par des cours encourageants en criée, particulièrement au sud du 48e parallèle. Les halles à marée conservent pour la plupart une activité au moins partielle.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : le climat reste tendu sur la façade nord. L’incertitude concernant les aides de l’état et européennes qui seront potentiellement allouées à la filière y est pour beaucoup, expliquait ce matin à la radio Dimitri Rogoff, président du CRPMEM Normandie. La majorité de la flotte reste à quai. Seuls quelques côtiers prennent la mer, permettant de maintenir des approvisionnements notamment en poisson plat sur la cote d’Opale ainsi qu’en bulot en Baie de Granville. Un ou deux hauturiers seraient repartis en mer sur Port-en-Bessin. D’autres armements sont partagés entre l’idée de repartir en mer pour satisfaire la demande de certains mareyeurs et la crainte de voir leur poisson vendu à faible prix voire pas du tout. Rappelons que les Organisations Professionnelles ont arrêté de soutenir les cours depuis une semaine.À noter également que le flux de Nord-Est annoncé pour ce week-end et le début de semaine prochaine pourrait être un frein pour les pêcheurs côtiers encore en activité.
  • Bretagne Nord :
    • Saint-Quay-Portrieux : le nombre de bateaux qui devraient repartir en mer lundi est très incertain. Rappelons qu’il s’agit du seul point de vente encore en activité sur le quart Nord-Est de la Bretagne.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : la flotte de langoustiniers en mer, ces derniers jours, devrait repartir, ainsi que quelques fileyeurs. Ils devraient être accompagnés par quelques navires hauturiers qui vont réaliser de courtes marées (2-3 jours maximum) et étaler leurs ventes sur la semaine, de quoi envisager des apports intéressants.
    • À Lorient : la situation semble se stabiliser au fil des jours avec toujours une flotte de chalutiers côtiers en mer accompagnés de quelques petits fileyeurs. Coté hauturier, la Scapêche et l’Apak devraient maintenir leur activité.
  • Façade Atlantique : la situation se stabilise également, bien que les apports restent faibles en criée. Encouragés par des prix convenables, la flotte en pêche ces derniers jours en Vendée et Aquitaine devrait repartir en mer lundi. La criée des Sables d’Olonne devrait être approvisionnée par 4 à 5 fileyeurs côtiers ainsi qu’un petit chalutier.

👉 Les criées

  • Manche – Mer du Nord : peu d'informations disponibles. Il semblerait que les criées restent majoritairement ouvertes, tout au moins partiellement.
  • Bretagne Nord :
    • Saint-Quay-Portrieux : la criée a enregistré ce matin près d’une tonne de marchandise vendue dont 300 kg de seiche.
  • Bretagne Sud : 2 tonnes de langoustines ont été vendues sur les criées de Cornouaille dont les trois quarts au Guilvinec. Le prix moyen dans cette dernière criée a été très encourageant pour les pêcheurs hier après-midi.
    • À Concarneau : 6 tonnes de poisson se sont vues partir.
    • À Lorient 10 tonnes étaient à la vente côtière de ce matin. Les cours sont restés stables par rapport aux derniers jours et aucun invendu significatif n’est à déplorer.
  • Façade Atlantique : les criées restent ouvertes en Loire-Atlantique et Aquitaine malgré des débarques timides.
    • Sables d’Olonne passera à trois ventes par semaine la semaine prochaine.
    • Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Noirmoutier restent ouvertes.
    • Les criées de Royan et Saint-Jean-de-Luz semblent, en revanche, maintenir la fermeture.

➡️ Jeudi 26 mars 2020

En ce jeudi 26 mars 2020, l’actualité de la filière se concentre autour de l’incertitude du commerce suite à la fermeture des marchés ouverts prononcé par le premier ministre il y a deux jours, en particulier dans les grandes villes.

L’impact ne se fait pour le moment pas ressentir sur les criées qui, pour la majorité, maintiennent une activité au moins partielle grâce à la pêche côtière. La situation semble particulièrement instable sur la côte d’Opale et la Normandie contrairement à la façade Atlantique où l’essentiel des navires qui sont sortis lors des dernières journées continuent leur activité, encouragés par des cours convenables en criée.

Coté import, les quantités disponibles en bar et dorade d’élevage se font rares (Grèce et Turquie) car ces pays peinent à expédier faute de volumes. Ces produits seront à nouveau disponibles sur ProcSea lundi et mardi (sauf vents contraires) avec un arrivage d'origine croate. Le cabillaud en provenance d’Islande reste en revanche disponible. Un approvisionnement de thon frais sera peut-être fait en fin de semaine, affaire à suivre... Ci-dessous, retrouvez les prévisions du 26 mars 2020 en halles à marée :

Tableau des prévisions Marée du 26 Mars 2020

Prévisions Marée du 26 Mars 2020. Cliquez dessus pour agrandir l'image.

👉 Les sorties en mer

  • Côte d'Opale - Normandie : les informations sur le comportement des flottes de pêche sont limitées et très incertaines pour cette façade.
    • Boulogne-Sur-Mer : des cours intéressants en criée, certains pêcheurs souhaitent repartir en mer, mais d’autres professionnels doivent rester à quai, créant un climat parfois tendu dans les ports.
    • À Port-en-Bessin et Cherbourg : les navires hauturiers restent à quai. Les approvisionnements sont donc entièrement dépendants de l’activité des navires côtiers dont l’effectif en mer en ce jour est, a priori, très réduit.
    • À Granville : la flotte de bulotiers semble maintenir ses efforts pour approvisionner le marché.
  • Bretagne Nord : les approvisionnements de la baie de Saint-Brieuc restent centralisés à Saint-Quay-Portrieux où la flotte de pêche continue de manière globale à travailler (une quinzaine de bateaux). Un navire apportant une proportion élevée de la débarque en criée ne sera pas à la vente de demain. Les volumes disponibles devraient être légèrement inférieurs à la journée d’aujourd’hui. Les données concernant l’activité sur la pointe Finistère Nord ne sont pas connues.
  • Bretagne Sud : les cours en criée assez soutenus encouragent les pêcheurs à maintenir leur activité.
    • Au Guilvinec : sept navires étaient en pêche avant-hier contre dix hier et il semblerait qu’il y en ait trois de plus aujourd’hui, de quoi espérer des débarques intéressantes.
    • À Lorient : le bilan reste le même à savoir que l’essentiel des chalutiers côtiers continuent leur activité tout comme quelques fileyeurs. Les approvisionnements en poissons hauturiers se trouvent maintenus grâce à l’Apak dont quatre navires sont en mer et à la Scapêche.
    • À Quiberon, seuls deux navires maintiendraient leur activité.
  • Façade Atlantique : les dernières ventes en criées encouragent les flotilles encore en activité à maintenir leurs efforts. Les approvisionnements à venir devraient donc être proches de ceux des jours précédents (espèces, volumes). Quatre navires côtiers devraient débarquer du poisson aujourd’hui aux Sables d’Olonne.

👉 Les criées

Ce jeudi, les volumes débarqués restent globalement maigres, notamment sur la façade Manche Mer du Nord induisant des cours plutôt élevés sur les espèces fines.

  • Façade Manche-Mer du Nord : les criées restent, pour la majorité, ouvertes, tout au moins partiellement.
    • À Cherbourg : les ventes ont lieu trois fois par semaine (lundi, mercredi, vendredi).
    • Granville maintient son activité grâce au bulot.
    • Port-en-Bessin, Dieppe et Boulogne semblent conserver une faible activité avec quelques navires côtiers notamment sur du poisson plat (malgré des informations très partielles).
  •  Bretagne Nord : la criée de Saint-Quay-Portrieux a enregistré ce matin 2 tonnes à la vente (dont 700 kg pour un seul bateau)
  • Bretagne Sud : après des journées compliquées, les criées de Cornouaille semblent retrouver davantage de stabilité. La langoustine (petite taille) s’est vendue en moyenne à 8,22 € hier après-midi contre 9,50 € la veille.
    • À Lorient : 8 tonnes de poissons côtiers ont été vendues ce matin à des cours plutôt convenables.
  • Facade Atlantique :
    • la criée des Sables-d’Olonne n’était pas ouverte ce jeudi. Demain matin, 500 kg de poissons devraient être en vente dont 250 kg de sole.
    • Saint-Gilles-Croix-de-Vie : 300 kg de bar et sole ont été vendus ainsi qu’une tonne de dorade grise.
    • Noirmoutier a surtout enregistré des apports « divers » ainsi que quelques volumes en lieu de ligne. Les prix restent assez élevés et les volumes difficiles à capter pour les mareyeurs.

➡️ Mercredi 25 mars 2020

En ce mercredi 25 mars 2020, les cours des dernières ventes en criées sont de manière globale repartis à la hausse sur l'ensemble des côtes française suite à la diminution des volumes. Les pêcheurs qui sortaient ces derniers jours maintiennent donc, pour la plupart d'entre eux, une activité.

👉 Les sorties en mer

  • Bretagne Nord : du côté de Saint-Quay-Portrieux, une quinzaine de bateaux sont de sortie ce matin.
  • Bretagne Sud :
    • Lorient : les chalutiers côtiers de 14 à 18 mètres sont majoritairement en mer et 3 fileyeurs (1/4 de la flotte de fileyeurs) sont en activité. Quelques hauturiers sont également sortis en mer (aux moins 4 bateaux de l'Apak) aujourd'hui.
    • Du côté du Guilvinec, une dizaine de côtiers sont en mer aujourd'hui. Les seuls hauturiers de la zone à rester en pêche sont ceux de la Scapêche.
    • À Saint-Guénolé, 3-4 côtiers ont travaillé.
  • Façade Atlantique : globalement les bateaux qui sortent repartent en mer pour maintenir l'activité.

👉 Les criées

  • Façade Manche-Mer du Nord : sur la côte d'Opale, les volumes en criées sont faibles et il y a très peu de mareyeurs qui restent en activité.
  • Bretagne Nord :
    • Le peu d'approvisionnement sur des espèces fines (bar, dorade royale, sole, turbot) cause des cours assez élevés en criée de Lorient.
    • Au Guilvinec, les cours de langoustines sont repartis à la hausse.
  • Façade Atlantique : 
    • Pas de vente réalisée à la criée de Saint Gilles Croix de Vie aujourd'hui
    • Il n'y a pas beaucoup de poissons à la vente, les prix sont de fait assez chers, les acheteurs se font plus rares. Globalement, les apports proviennent de petits fileyeurs côtiers, et très peu des chaluts.

➡️ Mardi 24 mars 2020

Suite aux mesures de confinement, cela fait aujourd’hui une semaine que le marché des produits de la mer est restreint à la grande distribution et à la distribution spécialisée en France, entraînant le retrait du soutien des cours par les OP (Organisations de producteurs), invendus et l'effondrement des prix en criée.

Face à l’inconnu du comportement des consommateurs dans cette période de crise, les mareyeurs et distributeurs peinent à prendre des risques sur leurs achats entraînant un réel ralentissement du marché et de nombreuses incertitudes sur l’avenir des flux à court termes.

Les nouvelles mesures annoncées par le premier ministre hier soir (23/03/2020) instituant la fermeture des marchés ouverts (sauf dérogation de la part de la préfecture sur demande des maires) ne devraient rien arranger.

👉 Les sorties en mer

  • Bretagne Nord : une vingtaine de navires sont en mer aujourd’hui, de quoi espérer des apports intéressants pour demain matin.
  • Bretagne Sud : la majorité de la flotte côtière est en mer aujourd’hui, notamment la flottille de chaluts côtiers à Lorient.  Au Guilvinec, une dizaine de côtiers étaient en mer.
  • Façade Atlantique : les navires côtiers sont sortis mais pas les hauturiers. Les pêcheurs de merlu de l’île d’Yeu vont peut-être reprendre leur activité la semaine prochaine.

👉 Les criées

  • Façade Manche-Mer du Nord :  l’activité des côtiers demeure avec des apports en poissons plats (sole, turbot, barbue) ainsi que quelques apports en crustacés et bulots sur la Normandie.
  • Bretagne Nord : l’ensemble des flux se concentrent sur la criée de Saint-Quay-Portrieux, seule criée ouverte et qui le restera (au moins) jusqu’à la fin de la semaine.
  • Bretagne Sud : les criées n’ont pas la volonté de fermer boutique tant que les apports subsisteront.
    • À Lorient, les ventes sous criée ont bien lieu mais elles ne bénéficient que de faibles apports. Les ventes hauturières sont toujours organisées.
  • Façade Atlantique : la plupart des criées restent ouvertes bien que les volumes soient faibles. Les rares mareyeurs encore en activité ne prennent que peu de risques sur leurs achats et les volumes partent parfois rapidement, à l’image de ce mardi 24/03/2020 :
    • La criée des Sables-d'Olonne sera fermée ce jeudi et passera très probablement à 3 ventes hebdomadaires à compter de la semaine prochaine tout comme la Cotinière.r
    • La Rochelle, La Turballe et le Croisic restent ouverts malgré des apports très faibles.
    • Royan en revanche est fermé.
  • Les criées de Cornouaille et d'Écosse sont également encore en activité selon les apports.

Illustration de la carte de France avec les différentes criées Carte de France avec les différents ports de pêche et criées. Cliquez dessus pour l'agrandir.

👉 Les vendeurs et leurs stocks

Au menu de la dernière vente à Saint-Quay-Portrieux : 3 tonnes de poisson dont 200 kg de seiche.

À Lorient, 9 tonnes ont été vendues ce matin à des prix convenables sans aucun invendu.

Quant au Guilvinec, des quantités similaires aux jours précédents devraient être débarquées soit environ 2 tonnes.

 

 

Des questions ? Contactez-nouse

facebooklinkedinyoutubeinstagramcrossmenu