Illustration de la fish actu marée

Fish Actu Marée : le fil d'actualités qui donne de la visibilité aux poissonniers pendant la crise du coronavirus

Mis à jour le
3 avril 2020

La crise sanitaire actuelle plonge les professionnels de la filière mer dans un avenir incertain quant à leurs activités dans les prochaines semaines.

Et, parce que nous sommes tous dans le même bateau, et que nous devons tenir la barre... ProcSea propose un rendez-vous journalier aux poissonniers sur sa Fish Actu Marée !

Notre volonté est de vous accompagner et d'être présent à vos côtés pour que vous soyez quotidiennement informés sur : les sorties en mer, les bateaux en activité, l'ouverture des criées, les vendeurs et leurs stocks ...

Quotidiennement, l'équipe ProcSea vous apportera dans ce fil d'actualités daté, les informations nécessaires sur l'activité de la filière mer. 

Vous vous posez certainement de nombreuses questions en cette période, nous vous invitons à consulter la foire aux questions du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation spécifique à la pêche et aux produits de la mer : https://agriculture.gouv.fr/covid-19-faq-peche-et-produits-de-la-mer.

# Vendredi 3 avril 2020

# Jeudi 2 avril 2020

# Mercredi 1 avril 2020

# Mardi 31 mars 2020

# Lundi 30 mars 2020

# Vendredi 27 mars 2020

# Jeudi 26 mars 2020

# Mercredi 25 mars 2020

# Mardi 24 mars 2020

➡️ Vendredi 3 avril 2020

Réouverture de nombreux mareyeurs et poissonniers, augmentation du nombre de navires en mer, cours soutenus en criées : tel est le bilan de cette fin de 3e semaine de crise. Néanmoins, le marché a montré certaines fragilités comme pour le merlu sur la façade Atlantique ou la seiche en Manche, privé de débouchés en Espagne et Italie. Les apports devront donc être bien répartis dans les prochains jours et prochaines semaines pour éviter de revivre les situations passées en espérant que la demande continue de s'accroître. De plus, les fêtes de Pâques riment souvent avec une augmentation des prix. Cependant, au vu de la situation exceptionnelle, il est difficile de prédire des tendances.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : cette façade commence à retrouver une activité intéressante de manière globale, bien qu’encore bridée par endroits.
    • Boulogne-sur-Mer : à Boulogne, quelques hauturiers retournent en mer, accompagnés de chalutiers et senneurs ainsi que d’une 15e de fileyeurs. En criée, les apports et le nombre d’acheteurs augmentent de jour en jour avec la réouverture de plusieurs mareyeurs et poissonniers. Les cours restent soutenus pour le moment grâce à cette augmentation conjointe de l’offre et de la demande.
    • Port en Bessin : 3 à 4 chalutiers hauturiers seraient en mer.
  • Bretagne Nord :
    • Roscoff : la criée reste fermée faute d’approvisionnements en matériel de sécurité sanitaire.
    • Saint-Quay-Portrieux : 8 tonnes de poisson à la vente ce matin dont une proportion élevée en seiches. Ceci s'explique par la dérogation de chalutage octroyée, entre le 1er avril et le 30 juin 2020, aux pêcheurs de la zone pour cette espèce dans la bande des trois milles.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : la situation reste stable avec 50 % de la flotte de pêche en mer. La vente de cette après-midi s'élèvera autour de 7,5 tonnes issues de 3 navires hauturiers (sur des marées courtes) en plus des apports en langoustine et ceux des fileyeurs.
    • À Lorient : le constat est très réjouissant avec la quasi-totalité des flottilles en mer aujourd’hui. Ce matin, 14 tonnes ont été vendues avec un prix moyen assez élevé et aucun invendu significatif. La cellule commerciale a même été réouverte pour satisfaire aux besoins de certains mareyeurs. À noter que les navires de la Scapêche, travaillant en ouest Écosse, débarquent leur marchandise au port de Lorient et non sur les bases avancées, le transport aérien des équipages étant bloqué pour le moment. Les rotations sont donc plus longues.

  • Façade Atlantique : la situation évolue également dans le bon sens ou plusieurs senneurs reprennent la mer, accompagnés d’autres navires côtiers (fileyeurs et petits chalutiers).
    • Sables d’Olonne : la criée a enregistré 7 tonnes ce matin à la vente avec du bar, du rouget ou encore du merlu.

La semaine prochaine, la plupart des criées devraient rester ouvertes tous les jours sur la façade Atlantique. Celle des Sables d’Olonne n’aurait pas encore pris la décision si elle continuait sur une fréquence de 3 ventes par semaine ou revenait à une ouverture quotidienne, ceci nécessitant une bonne répartition des débarques.

➡️ Jeudi 2 avril 2020

Du côté des ports de pêche, de nombreuses sociétés de mareyage reprennent leur activité progressivement. Les conditions météorologiques favorables couplées à la demande des mareyeurs, plus nombreux, devraient permettre d’envisager une amélioration générale du marché. Coté importation, les approvisionnements sont comparables à cette semaine. Les poissons d’élevage méditerranéens en revanche se font plus rares sur le marché français en cette fin de semaine.

👉 Les sorties en mer et les criées

  • Manche – Mer du Nord : la situation se stabilise sur la côte d’Opale et notamment à Capécure ou bon nombre d’entreprises de produits de la mer reprennent leur activité après des semaines compliquées. Les compositions des débarques sont essentiellement composées de merlan, maquereau et encornet. Les navires en mer ces derniers jours ayant effectué de courtes marées à proximité de la cote. D’avantage de bateaux sont repartis en mer aujourd’hui et cela devrait s’accentuer encore dans les prochains jours. La situation est assez similaire en Normandie avec une part importante de la flotte côtière qui reprend son activité en cette fin de semaine.
  • Bretagne Nord : les nouvelles se sont faites rares ce matin pour la Bretagne Nord.
    • Saint-Quay-Portrieux devait enregistrer une vente côtière. Plus d’une tonne de raie, 500 kg de seiche et 150 kg de sole en plus du divers sont annoncés pour la vente de demain matin. 
  • Bretagne Sud : toutes les criées restent ouvertes.
    • Au Guilvinec, des cours élevés ont été enregistrés hier après-midi. Cette après-midi, 2 chalutiers hauturiers sont annoncés à la vente. La semaine prochaine devrait voir à minima la débarque d’un navire hauturier par jour, toujours avec une stratégie de marée courte (2 à 4 jours).
    • À Lorient : la situation devrait revenir quasiment à la normale sur le plan du nombre de navires en mer dans les prochains jours qui vont profiter des bonnes conditions météorologiques avant l’arrivée des grandes marées en milieu de semaine prochaine (surtout pour les fileyeurs). Les prix restent soutenus en criée.
  • Façade Atlantique : les approvisionnements restent timides sur la façade vendéenne et en Aquitaine.
    • Au Sables d’Olonne: la criée était fermée ce matin (3 ventes par semaine) tout comme celle de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Demain, deux navires devraient être à la vente à Saint-Gilles-Croix-de-Vie avec notamment de la dorade grise et du bar. À l’image du reste des façades, davantage de pêcheurs vont sortir en mer sur cette fin de semaine.
    • Noirmoutier : une vente a eu lieu ce matin mais sur une quantité qui reste réduite.

👉 Produits d'importation

La forte demande asiatique, des Etats-Unis et du marché ibérique, en plus de mauvaises conditions météorologiques en Islande, ont fait grimper les prix du cabillaud ces derniers jours. Néanmoins, il reste toujours disponible sur le marché français et les approvisionnements très majoritairement par avion se font de manière convenable. Pas de problème particulier n’est à déclarer pour le saumon en provenance des pays nordiques. Le bar et la daurade restent un peu plus difficile à trouver à l’image de cette fin de semaine.

➡️ Mercredi 1 avril 2020

Après un début de semaine globalement très pauvre en poissons côtiers, les conditions météorologiques annoncées devraient permettre à de nombreux navires de ressortir en mer. Sur l’ensemble des façades, de nombreux mareyeurs commencent à réouvrir leurs ateliers sous les effets conjoints de la demande et de la trésorerie impactée par la crise.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : Bon nombre de navires repartent en mer aujourd’hui.
    • À Boulogne : les apports en criée devraient être comparables à ceux de mardi, soit une 15e de tonnes partagées principalement entre du merlan et de l’encornet.
    • En Normandie, quelques navires hauturiers conservent leur activité avec des débarques en raie, émissole et roussette. À Cherbourg, seule la flotte côtière repart en mer pour le moment.
  • Bretagne : Malgré des informations très partielles aujourd’hui pour la Bretagne, la situation semble être comme annoncée hier, à savoir davantage de navires reprennent la mer en cette fin de semaine notamment en Baie de Saint-Brieuc et sur Lorient.
    • Au Guilvinec, les apports de navires hauturiers réalisant des marées courtes vont se poursuivre sur les prochains jours, les dernières ventes en criée ayant été satisfaisantes.
  • Façade Atlantique : En ce début de semaine, certains mareyeurs n’ont pas pu abonder à la demande de leurs clients, faut de disponibilité en poisson. Les débarques devraient être plus importantes en fin de semaine.

👉 Les criées

  • Manche – Mer du Nord : Les criées de la côte d’Opale restent ouvertes cette semaine à la différence de celle de Grandcamp.
    • Cherbourg garde son rythme de trois ventes par semaine avec des apports très diversifiés.
    • À Granville : le bulot a vu son cours diminuer radicalement sur les dernières ventes avec des invendus à déplorer.
  • Bretagne Nord : Pas de changement significatif en Bretagne à noter.
    • Saint-Quay-Portrieux reste la seule criée ouverte en Bretagne nord.
  • Bretagne Sud : toutes les criées sont ouvertes, au moins partiellement dans la semaine.
  • Façade Atlantique : Après un début de semaine très pauvre en terme de débarquements et où bon nombre de criées sont restées fermées, les mareyeurs devraient pouvoir retrouver plus d’abondance jeudi et vendredi.

Si vous continuez à travailler, n'hésitez pas à communiquer auprès d'initiatives actuelles recensant les commerces en activité sur le territoire comme par exemple le Marché vert.

➡️ Mardi 31 mars 2020

En ce mardi 31 mars, l’actualité est marquée par la perturbation de certains marchés d’import qui subissent les mesures de confinements plus tardives que dans l’hexagone, à l’image de l’Écosse qui voit sa plus grosse criée (Peterhead) fermer. En France, le marché reprend des couleurs progressivement malgré des conditions météorologiques compliquées en ce début de semaine.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : Situation très calme sur la côte d’Opale aujourd’hui avec de maigres apports en criée, principalement dû aux conditions météorologiques défavorables, notamment pour la pêche côtière. Les quelques chalutiers ayant débarqué ces derniers jours passent pour certains par de la contractualisation avec des sociétés de mareyage pour sécuriser les prix. À noter également quelques débarques de bulots sur Dieppe.  Les conditions vont s’améliorer à partir de demain, permettant à davantage de navires de travailler, de quoi espérer des approvisionnements intéressants jeudi.
  • Bretagne Nord : la situation reste compliquée en ce début de semaine avec la fermeture de la criée de Roscoff et les maigres débarques concentrées sur Saint-Quay-Portrieux pour les côtes d’Armor. À l’image de la côte d’Opale, les navires devraient ressortir en mer et des débarques plus importantes devraient être enregistrées à partir de mercredi après-midi.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : une dizaine de langoustiniers sont repartis en mer aujourd’hui avec quelques fileyeurs au Guilvinec. À noter que deux navires hauturiers réalisant des marées courtes, vont débarquer et vendre cette après-midi pour des quantités attendues de deux tonnes.
    • À Lorient, une flotte comparable aux jours précédents est repartie en mer. Les apports devraient augmenter d’ici la fin de semaine.
  • Façade Atlantique : les approvisionnements restent compliqués en ce début de semaine sur le golfe de Gascogne, faute de pêcheurs en mer avec le coup de vent de ce week-end. Mais selon Christelle Bobineau de Foro marée : "La situation devrait se rétablir à partir de jeudi avec de nombreux pêcheurs qui souhaitent repartir en mer".

👉 Les criées

  • Côte d’Opale et la Normandie : les criées restent majoritairement ouvertes, maintenues notamment par quelques chalutiers et bulotiers qui sortent malgré les conditions difficiles de ce début de semaine.
  • Bretagne Nord :
    • Saint-Quay-Portrieux ne fera pas de vente de poisson demain matin.
  • Bretagne Sud : la langoustine s’est encore très bien vendue sur les dernières ventes.
    • Au Guilvinec : un chalutier hauturier devrait débarquer demain après-midi.
    • À Lorient : 7,5 tonnes de poisson ont été vendues ce matin pour un prix moyen élevé.

👉 Produits d'importation

L’impact des mesures de confinement au Royaume-Uni se fait sentir avec la fermeture de plusieurs criées. Sur le saumon, le cabillaud et les poissons d’élevage méditerranéens, la situation reste comparable à celle d’hier. Des arrivages réduits en thon et espadon sont prévus pour demain.

➡️ Lundi 30 mars 2020

Cela fait aujourd’hui près de deux semaines que la France a adopté des mesures de confinement, à l’image de ces voisins européens, impactant profondément la filière des produits de la mer faute de débouchés. Les voies de distribution encore en activité aujourd’hui restent la grande distribution et les poissonneries sédentaires, les marchés ouverts étant interdits sauf dérogations, notamment dans des petites communes. Toujours dans l’attente des mesures d’aides au secteur, la filière se fédère pour maintenir une activité, pourvoir à la demande des consommateurs et limiter les dégâts pour les entreprises.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : les conditions météorologiques actuelles sur la façade nord rendent difficiles les sorties en mer en ce début de semaine. La situation devrait se rétablir d’ici mercredi. Pour autant, l’activité des pêcheurs devrait se poursuivre avec des apports en sole, merlan, encornet et coquille Saint-Jacques à prévoir sur la côte d’Opale ou encore de seiche et de bulot à Dieppe. La sécurisation par contractualisation semble être une des solutions trouvées entre pêcheurs et mareyeurs pour continuer de travailler.
  • Bretagne Nord : les apports devraient être maigres dans les jours à suivre faute de mauvais temps (en plus de la période de crise).
    • Saint-Quay-Portrieux : rares sont les navires en pêche. La situation devrait se rétablir en milieu de semaine. À noter que sur la criée de Roscoff est fermée jusqu’à nouvel ordre.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : le même effectif de langoustiniers reste en pêche, soit une douzaine de navires, accompagnés de quelques fileyeurs. Deux hauturiers devraient vendre cette après-midi pour des quantités attendues de deux tonnes et une tonne et demi.
    • À Lorient : la situation reste stable avec des chalutiers côtiers et quelques fileyeurs en activité.
  • Façade Atlantique : suite au coup de vent de ce week-end, les bateaux qui étaient en activité en fin de semaine dernière devraient quand même reprendre la mer cette semaine.

👉 Les criées

  • Manche – Mer du Nord : les criées de la côte d’Opale restent en activité même si les apports dans les prochains jours devraient être limités.
    • Cherbourg passe sur un rythme de 3 ventes par semaine.
  • Bretagne Nord :
    •  Roscoff : la halle à marée est fermée.
  • Bretagne Sud :
    • Le Guilvinec, tout comme les autres criées de Cornouaille, maintient l’ouverture.
    • Lorient : la criée a enregistré près de 5 tonnes à la vente côtière ce matin avec un prix moyen légèrement plus bas que ces derniers temps, mais qui reste convenable.
  • Façade Atlantique :
    • Sables d’Olonne passent à trois ventes par semaine.
    • Saint-Jean-de-Luz réouvre ses portes via la vente à distance.

👉 Produits d'importation

Les approvisionnements restent assez stables en cabillaud d’Islande par avion pour les importateurs travaillants avec la petite pêche côtière. Cela peut à l’inverse être plus compliqué pour les grandes sociétés travaillant avec des chalutiers hauturiers.

Pour ce qui est du saumon, les arrivages ne semblent pas compromis. En revanche les mesures de confinement plus drastiques au Royaume-Uni et certains pays nordiques comme le Danemark pourraient freiner certains approvisionnements.

Enfin, l'approvisionnment en thon frais est compliqué, il est difficile d'avoir des apports.

➡️ Vendredi 27 mars 2020

En ce vendredi 27 mars 2020, le climat reste pesant dans cette période de crise. L’incertitude sur l’évolution des cours en criée, la peur des méventes, l’absence de prix de retrait et les risques sanitaires liés au COVID 19 à bord sont autant de raisons qui poussent la majorité des flotilles à rester à quai à l’échelle du territoire.

Néanmoins, le peu de navires restant en activité se voient globalement récompensés par des cours encourageants en criée, particulièrement au sud du 48e parallèle. Les halles à marée conservent pour la plupart une activité au moins partielle.

👉 Les sorties en mer

  • Manche – Mer du Nord : le climat reste tendu sur la façade nord. L’incertitude concernant les aides de l’état et européennes qui seront potentiellement allouées à la filière y est pour beaucoup, expliquait ce matin à la radio Dimitri Rogoff, président du CRPMEM Normandie. La majorité de la flotte reste à quai. Seuls quelques côtiers prennent la mer, permettant de maintenir des approvisionnements notamment en poisson plat sur la cote d’Opale ainsi qu’en bulot en Baie de Granville. Un ou deux hauturiers seraient repartis en mer sur Port-en-Bessin. D’autres armements sont partagés entre l’idée de repartir en mer pour satisfaire la demande de certains mareyeurs et la crainte de voir leur poisson vendu à faible prix voire pas du tout. Rappelons que les Organisations Professionnelles ont arrêté de soutenir les cours depuis une semaine.À noter également que le flux de Nord-Est annoncé pour ce week-end et le début de semaine prochaine pourrait être un frein pour les pêcheurs côtiers encore en activité.
  • Bretagne Nord :
    • Saint-Quay-Portrieux : le nombre de bateaux qui devraient repartir en mer lundi est très incertain. Rappelons qu’il s’agit du seul point de vente encore en activité sur le quart Nord-Est de la Bretagne.
  • Bretagne Sud :
    • Au Guilvinec : la flotte de langoustiniers en mer, ces derniers jours, devrait repartir, ainsi que quelques fileyeurs. Ils devraient être accompagnés par quelques navires hauturiers qui vont réaliser de courtes marées (2-3 jours maximum) et étaler leurs ventes sur la semaine, de quoi envisager des apports intéressants.
    • À Lorient : la situation semble se stabiliser au fil des jours avec toujours une flotte de chalutiers côtiers en mer accompagnés de quelques petits fileyeurs. Coté hauturier, la Scapêche et l’Apak devraient maintenir leur activité.
  • Façade Atlantique : la situation se stabilise également, bien que les apports restent faibles en criée. Encouragés par des prix convenables, la flotte en pêche ces derniers jours en Vendée et Aquitaine devrait repartir en mer lundi. La criée des Sables d’Olonne devrait être approvisionnée par 4 à 5 fileyeurs côtiers ainsi qu’un petit chalutier.

👉 Les criées

  • Manche – Mer du Nord : peu d'informations disponibles. Il semblerait que les criées restent majoritairement ouvertes, tout au moins partiellement.
  • Bretagne Nord :
    • Saint-Quay-Portrieux : la criée a enregistré ce matin près d’une tonne de marchandise vendue dont 300 kg de seiche.
  • Bretagne Sud : 2 tonnes de langoustines ont été vendues sur les criées de Cornouaille dont les trois quarts au Guilvinec. Le prix moyen dans cette dernière criée a été très encourageant pour les pêcheurs hier après-midi.
    • À Concarneau : 6 tonnes de poisson se sont vues partir.
    • À Lorient 10 tonnes étaient à la vente côtière de ce matin. Les cours sont restés stables par rapport aux derniers jours et aucun invendu significatif n’est à déplorer.
  • Façade Atlantique : les criées restent ouvertes en Loire-Atlantique et Aquitaine malgré des débarques timides.
    • Sables d’Olonne passera à trois ventes par semaine la semaine prochaine.
    • Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Noirmoutier restent ouvertes.
    • Les criées de Royan et Saint-Jean-de-Luz semblent, en revanche, maintenir la fermeture.

➡️ Jeudi 26 mars 2020

En ce jeudi 26 mars 2020, l’actualité de la filière se concentre autour de l’incertitude du commerce suite à la fermeture des marchés ouverts prononcé par le premier ministre il y a deux jours, en particulier dans les grandes villes.

L’impact ne se fait pour le moment pas ressentir sur les criées qui, pour la majorité, maintiennent une activité au moins partielle grâce à la pêche côtière. La situation semble particulièrement instable sur la côte d’Opale et la Normandie contrairement à la façade Atlantique où l’essentiel des navires qui sont sortis lors des dernières journées continuent leur activité, encouragés par des cours convenables en criée.

Coté import, les quantités disponibles en bar et daurade d’élevage se font rares (Grèce et Turquie) car ces pays peinent à expédier faute de volumes. Ces produits seront à nouveau disponibles sur ProcSea lundi et mardi (sauf vents contraires) avec un arrivage d'origine croate. Le cabillaud en provenance d’Islande reste en revanche disponible. Un approvisionnement de thon frais sera peut-être fait en fin de semaine, affaire à suivre... Ci-dessous, retrouvez les prévisions du 26 mars 2020 en halles à marée :

Tableau des prévisions Marée du 26 Mars 2020

Prévisions Marée du 26 Mars 2020. Cliquez dessus pour agrandir l'image.

👉 Les sorties en mer

  • Côte d'Opale - Normandie : les informations sur le comportement des flottes de pêche sont limitées et très incertaines pour cette façade.
    • Boulogne-Sur-Mer : des cours intéressants en criée, certains pêcheurs souhaitent repartir en mer, mais d’autres professionnels doivent rester à quai, créant un climat parfois tendu dans les ports.
    • À Port-en-Bessin et Cherbourg : les navires hauturiers restent à quai. Les approvisionnements sont donc entièrement dépendants de l’activité des navires côtiers dont l’effectif en mer en ce jour est, a priori, très réduit.
    • À Granville : la flotte de bulotiers semble maintenir ses efforts pour approvisionner le marché.
  • Bretagne Nord : les approvisionnements de la baie de Saint-Brieuc restent centralisés à Saint-Quay-Portrieux où la flotte de pêche continue de manière globale à travailler (une quinzaine de bateaux). Un navire apportant une proportion élevée de la débarque en criée ne sera pas à la vente de demain. Les volumes disponibles devraient être légèrement inférieurs à la journée d’aujourd’hui. Les données concernant l’activité sur la pointe Finistère Nord ne sont pas connues.
  • Bretagne Sud : les cours en criée assez soutenus encouragent les pêcheurs à maintenir leur activité.
    • Au Guilvinec : sept navires étaient en pêche avant-hier contre dix hier et il semblerait qu’il y en ait trois de plus aujourd’hui, de quoi espérer des débarques intéressantes.
    • À Lorient : le bilan reste le même à savoir que l’essentiel des chalutiers côtiers continuent leur activité tout comme quelques fileyeurs. Les approvisionnements en poissons hauturiers se trouvent maintenus grâce à l’Apak dont quatre navires sont en mer et à la Scapêche.
    • À Quiberon, seuls deux navires maintiendraient leur activité.
  • Façade Atlantique : les dernières ventes en criées encouragent les flotilles encore en activité à maintenir leurs efforts. Les approvisionnements à venir devraient donc être proches de ceux des jours précédents (espèces, volumes). Quatre navires côtiers devraient débarquer du poisson aujourd’hui aux Sables d’Olonne.

👉 Les criées

Ce jeudi, les volumes débarqués restent globalement maigres, notamment sur la façade Manche Mer du Nord induisant des cours plutôt élevés sur les espèces fines.

  • Façade Manche-Mer du Nord : les criées restent, pour la majorité, ouvertes, tout au moins partiellement.
    • À Cherbourg : les ventes ont lieu trois fois par semaine (lundi, mercredi, vendredi).
    • Granville maintient son activité grâce au bulot.
    • Port-en-Bessin, Dieppe et Boulogne semblent conserver une faible activité avec quelques navires côtiers notamment sur du poisson plat (malgré des informations très partielles).
  •  Bretagne Nord : la criée de Saint-Quay-Portrieux a enregistré ce matin 2 tonnes à la vente (dont 700 kg pour un seul bateau)
  • Bretagne Sud : après des journées compliquées, les criées de Cornouaille semblent retrouver davantage de stabilité. La langoustine (petite taille) s’est vendue en moyenne à 8,22 € hier après-midi contre 9,50 € la veille.
    • À Lorient : 8 tonnes de poissons côtiers ont été vendues ce matin à des cours plutôt convenables.
  • Facade Atlantique :
    • la criée des Sables-d’Olonne n’était pas ouverte ce jeudi. Demain matin, 500 kg de poissons devraient être en vente dont 250 kg de sole.
    • Saint-Gilles-Croix-de-Vie : 300 kg de bar et sole ont été vendus ainsi qu’une tonne de dorade grise.
    • Noirmoutier a surtout enregistré des apports « divers » ainsi que quelques volumes en lieu de ligne. Les prix restent assez élevés et les volumes difficiles à capter pour les mareyeurs.

➡️ Mercredi 25 mars 2020

En ce mercredi 25 mars 2020, les cours des dernières ventes en criées sont de manière globale repartis à la hausse sur l'ensemble des côtes française suite à la diminution des volumes. Les pêcheurs qui sortaient ces derniers jours maintiennent donc, pour la plupart d'entre eux, une activité.

👉 Les sorties en mer

  • Bretagne Nord : du côté de Saint-Quay-Portrieux, une quinzaine de bateaux sont de sortie ce matin. 
  • Bretagne Sud :
    • Lorient : les chalutiers côtiers de 14 à 18 mètres sont majoritairement en mer et 3 fileyeurs (1/4 de la flotte de fileyeurs) sont en activité. Quelques hauturiers sont également sortis en mer (aux moins 4 bateaux de l'Apak) aujourd'hui.
    • Du côté du Guilvinec, une dizaine de côtiers sont en mer aujourd'hui. Les seuls hauturiers de la zone à rester en pêche sont ceux de la Scapêche.
    • À Saint-Guénolé, 3-4 côtiers ont travaillé.
  • Façade Atlantique : globalement les bateaux qui sortent repartent en mer pour maintenir l'activité.

👉 Les criées

  • Façade Manche-Mer du Nord : sur la côte d'Opale, les volumes en criées sont faibles et il y a très peu de mareyeurs qui restent en activité.
  • Bretagne Nord :
    • Le peu d'approvisionnement sur des espèces fines (bar, daurade royale, sole, turbot) cause des cours assez élevés en criée de Lorient.
    • Au Guilvinec, les cours de langoustines sont repartis à la hausse.
  • Façade Atlantique : 
    • Pas de vente réalisée à la criée de Saint Gilles Croix de Vie aujourd'hui
    • Il n'y a pas beaucoup de poissons à la vente, les prix sont de fait assez chers, les acheteurs se font plus rares. Globalement, les apports proviennent de petits fileyeurs côtiers, et très peu des chaluts.

➡️ Mardi 24 mars 2020

Suite aux mesures de confinement, cela fait aujourd’hui une semaine que le marché des produits de la mer est restreint à la grande distribution et à la distribution spécialisée en France, entraînant le retrait du soutien des cours par les OP (Organisations de producteurs), invendus et l'effondrement des prix en criée.

Face à l’inconnu du comportement des consommateurs dans cette période de crise, les mareyeurs et distributeurs peinent à prendre des risques sur leurs achats entraînant un réel ralentissement du marché et de nombreuses incertitudes sur l’avenir des flux à court terme.

Les nouvelles mesures annoncées par le premier ministre hier soir (23/03/2020) instituant la fermeture des marchés ouverts (sauf dérogation de la part de la préfecture sur demande des maires) ne devraient rien arranger.

👉 Les sorties en mer

  • Bretagne Nord : une vingtaine de navires sont en mer aujourd’hui, de quoi espérer des apports intéressants pour demain matin.
  • Bretagne Sud : la majorité de la flotte côtière est en mer aujourd’hui, notamment la flottille de chaluts côtiers à Lorient.  Au Guilvinec, une dizaine de côtiers étaient en mer.
  • Façade Atlantique : les navires côtiers sont sortis mais pas les hauturiers. Les pêcheurs de merlu de l’île d’Yeu vont peut-être reprendre leur activité la semaine prochaine.

👉 Les criées

  • Façade Manche-Mer du Nord :  l’activité des côtiers demeure avec des apports en poissons plats (sole, turbot, barbue) ainsi que quelques apports en crustacés et bulots sur la Normandie.
  • Bretagne Nord : l’ensemble des flux se concentrent sur la criée de Saint-Quay-Portrieux, seule criée ouverte et qui le restera (au moins) jusqu’à la fin de la semaine.
  • Bretagne Sud : les criées n’ont pas la volonté de fermer boutique tant que les apports subsisteront.
    • À Lorient, les ventes sous criée ont bien lieu mais elles ne bénéficient que de faibles apports. Les ventes hauturières sont toujours organisées.
  • Façade Atlantique : la plupart des criées restent ouvertes bien que les volumes soient faibles. Les rares mareyeurs encore en activité ne prennent que peu de risques sur leurs achats et les volumes partent parfois rapidement, à l’image de ce mardi 24/03/2020 :
    • La criée des Sables-d'Olonne sera fermée ce jeudi et passera très probablement à 3 ventes hebdomadaires à compter de la semaine prochaine tout comme la Cotinière.
    • La Rochelle, La Turballe et le Croisic restent ouverts malgré des apports très faibles.
    • Royan en revanche est fermé.
  • Les criées de Cornouaille et d'Écosse sont également encore en activité selon les apports.

Illustration de la carte de France avec les différentes criées Carte de France avec les différents ports de pêche et criées. Cliquez dessus pour l'agrandir.

👉 Les vendeurs et leurs stocks

Au menu de la dernière vente à Saint-Quay-Portrieux : 3 tonnes de poisson dont 200 kg de seiche.

À Lorient, 9 tonnes ont été vendues ce matin à des prix convenables sans aucun invendu.

Quant au Guilvinec, des quantités similaires aux jours précédents devraient être débarquées soit environ 2 tonnes.

 

 

Des questions ? Contactez-nous

facebooklinkedinyoutubeinstagramcrossmenu