On vous dit tout sur les raisons du conflit entre pêcheurs anglais et normands.

 

Pourquoi les pêcheurs anglais et normands se sont-ils affrontés en mer mardi dernier ?

 

Ces derniers jours, la presse a fait largement échos du conflit entre anglais et français sur la pêcherie de coquilles Saint-Jacques en Normandie. C'est en effet une véritable bataille navale qui a eu lieu, avec la montée d'une trentaine de bateaux normands pour chasser les bateaux anglais.

 

 

Quelle est l'origine du conflit ?

Les dates d'ouverture de la pêche à la coquille Saint-Jacques dans la zone de la baie de Seine sont à l’origine des divergences.

 

La réglementation française est la suivante : 
- la zone dite "Extérieure", au large de la baie de Seine ouvre à la pêche le 1er octobre.
- la zone dite "Baie de Seine", la plus favorable, ouvre en général au 1er décembre (mais anticipée au 13 Novembre en 2017). Cette zone est interdite aux bateaux étrangers ainsi qu'aux bateau de plus de 16 mètres afin de préserver son exceptionnelle richesse.

 

 

Dans ces deux zones, d'autres réglementations viennent s'appliquer : jours d'ouvertures, quotas par bateau, taille des anneaux des dragues. 
 

Or toutes ces réglementations sont strictement françaises, et en l'absence de cadre réglementaire européen, les anglais sont libres de venir pêcher librement au large des 12 milles marins, soit dans la zone dite "Extérieur". 

Les anglais, écossais et irlandais sont donc libres de venir pêcher en toute légalitéau large des côtes normandes dès à présent et sans limite de tonnage, un gisement que les normands eux même ont interdiction de pêcher avant 1 mois.. dur à accepter, et ce d'autant plus que ces mêmes coquilles reviennent sur les marchés français quelques jours plus tard sous forme de noix. 
Les pêcheurs normands sont aussi inquiets pour la préservation de la ressource en voyant d'aussi gros bateaux pêcher de tels volumes aussi tôt.

 

Le contexte du Brexit

Le secteur de la pêche anglais a dans l'ensemble été farouchement pro Brexit, et pour cause : les anglais estiment que 60% des poissons pêchés dans leurs eaux le sont par des étrangers. 
Inversement, 30% des captures des bateaux français auraient lieu dans les eaux britanniques, et la perspective du Brexit inquiète aux plus haut point les bretons, normands et boulonnais qui dépendent fortement de ces eaux. 

La coquille Saint-Jacques et en fait un des rares cas où la situation est inversée, les anglais venant dans les eaux françaises. Coté Anglais, les pêcheurs trouvent ainsi particulièrement étonnant que les Français les accusent de piller leurs eaux quand eux même voient les chalutiers français pêcher dans leurs eaux plus de poissons qu'eux...

En tout état de cause, les incertitudes liées au Brexit restent nombreuses, avec de potentielles implications sur les taxes douanières par exemple. Ce climat d'incertitude a exacerbé les tensions autour de cette pêche, et la situation sera probablement plus claire une fois les conditions précises de sortie du Royaume Uni connues.

Hier les négociations ont repris pour inciter les anglais à respecter la date d'ouverture des français en échange de capacité de pêche.

Cet article vous a plu ? Partagez le sur les réseaux sociaux