La pêche électrique le parlement européen a voté

Avancée historique : le parlement européen vote l'interdiction de la pêche électrique Il y a quelques jours le parlement européen a voté massivement (402 pour / 232 contre) en faveur d'une interdiction de la pêche au chalut électrique. En France, ce sujet a fait l'objet de très nombreux articles de presses et a mobilisé une intéressante coalition d'associations de pêcheurs artisans, d'ONGs, de poissonniers et de grands chefs.
Mais de quoi parle-t-on?

 

Chalut électrique

Photo Frederike Arndt.Skrei Norwegian Seafood Council .

 

Qu'est ce que le chalut électrique?

Le chalut à impulsion électrique est un mode de pêche essentiellement utilisé pour les poissons plats . Il consiste à "décoller" les poissons plats du fond par une impulsion électrique puis à les récupérer dans le chalut.
Ce mode de pêche présente un avantage considérable : ne raclant pas le fond, la consommation de carburants est très inférieure, et l'intégrité du fond marin serait préservée. Le chalut électrique, déjà interdit dans bon nombre de pays du Monde, a donc été présenté comme une avancée pour l'environnement par ses partisans.
Ce mode de pêche est interdit en Europe, mais une dérogation existait permettant à chaque pays d'équiper 5% de leur flottille afin d'étudier l'impact réel. En pratique, seuls les hollandais ont déployé cette pratique.

Mais alors où est le débat?

La commission européenne a proposé d'étendre cette dérogation, ce qui a entrainé une très forte mobilisations d'acteurs farouchement opposés, notamment les acteurs de la petite pêche (Life), certains poissonniers (PDF), des ONGs (Bloom) et une coalition de grands chefs à l'initiative de l'étoilé Rochelais Coutanceau.
Il n'existe en fait que très peu d'informations scientifiques indépendantes sur l'impact réel de ce mode de pêche sur l'environnement, mais de nombreux acteurs soupçonnent les décharges électriques d'avoir un impact important sur les poissons non ciblés car trop petits ou non commercialisés. Les risques de brûlure et de rupture de la colonne vertébrale par choc électrique semblent avérés, et les pêcheurs dunkerquois et boulonnais déclarent constater une diminution de leurs captures dans les zones pratiquées par les Hollandais. La qualité de poissons capturés s'en ressentirait aussi avec notamment des brûlures.
C'est en clair le principe de précaution qui a été mis en avant, mais aussi un rejet que l'on peut qualifier de politique plutôt que technique d'une évolution jugée productiviste de l'industrie. Autre argument en défaveur des perchistes hollandais : la dérogation de 5% aurait été considérablement dépassée, avec un équipement de la flotille à grande échelle bien loin du but scientifique prévu par la dérogation.

Et maintenant?

Contrairement à ce que laissent sous entendre les articles de presse, le débat est loin d'être clos et ce d'autant plus que les informations scientifiques sont assez contradictoires et ne permettent pas de se faire une opinion claire.
La commission européenne étant en désaccord avec le parlement, le sujet sera débattu en trilogue entre la Commission européenne (favorable), le Parlement européen (défavorable) et le Conseil européen. Le conseil européen, organe représentant les gouvernement de tous les Etats membre, aura donc un rôle d'arbitre

 

Cet article vous a plu ? Partagez le sur les réseaux sociaux